Bruno

Bruno

Changement de nom, logo épuré, la ville des assurances a clairement l’intention de prendre un nouveau départ et de se donner les moyens de ses ambitions, se qualifier pour le Du manoir, qui n’est plus le truc que l’on a gagné plusieurs fois quand les clubs de Nevers, Rouen , Vannes , Montpellier, Lyon … étaient en division 18, mais le nom du trophée que se disputeront les clubs classés de 3 à 6ème.

Les Niortais sortent d’une saison tranquille, où ils ne furent jamais menacés mais finissant assez loin de Tyrosse, dernier qualifié.

Les mutualistes ont commencé par renouveler leur encadrement en attirant l’ex entraineur du fécéo , Laurent Dossat, qui sera associé à Sébastien Morel.

Comme beaucoup de clubs, il y a eu du mouvement à l’intersaison. Le club a prospecté en haut de tableau Fed1 et même en prod 2 pour densifier sion effectif.

 

 

 

 

Site Officiel : http://www.stadeniortais.com/

Facebook : https://www.facebook.com/niortrugbyclubofficiel/

Twitter: https://twitter.com/NiortRugby1906

Ainsi , Jean-Baptiste ROIDOT (Carcassonne, Pro D2) , recrue phare, va densifier un pack qui gagne aussi en expérience. Valentin DESTRUELS (photographes) et  Damien FIERRO (Limoges) viennent renforcer la troisième ligne . Des espoirs rochelais viennent apporter la rigueur apprise dans le monde pro. Loncan (ex Stado) aura sa chance au talon.

Derrière, arrivée de Guénin (Limoges ) avec de bonnes stats de buteur ou encore Canivet (St Nazaire). Le nom de Pisano est aussi avancé mais il aurait signé ailleurs 

LE STADE


Deuxième saison pour l’équipe du bassin en fédérale 1. L’an passé, le club s’est maintenu aisément , finissant 8ème d’une poule avec une belle marge de sécurité sur les derniers dans une poule qui comptait déjà Niort, Langon, Nantes, St Medard et l’UCS. Autant dire que cette année, les riverains du bassin partent en terrain connu. Ils auront d’ailleurs d’entrée le privilège d’affronter Rouen et nul doute que les autres protagonistes du lot regarderont leur prestation avec attention.

Le club a réalisé un recrutement qualitativement intéressant en attirant des joueurs rompus aux joutes supérieures, notamment les deux Tarbais Domec (arrière/ailier) et Bats (charnière), deux joueurs titulaires au Stado l’an passé. Avec eux, Farmer, ancien joueur de Dax, arrive de Bergerac remplacer Tesquet prenant sa retraite.

On peut aussi ajouter l’arrivée de troisième ligne Molcard, arrivant de Provence rugby avec une belle carte de visite. Tous les clubs de fédérale ne peuvent se vanter d’avoir dans leur effectif autant de joueurs ayant une expérience aussi aboutie dans le monde professionnel.

 

 

 

 

Site Officiel : https://www.rcba-officiel.fr/

Facebook : https://www.facebook.com/RCBARugbyClubLaTesteArcachon/?ref=py_c

Supporters : https://fr-fr.facebook.com/ClubDesSuportersDuRcbaLaTesteArcachon/

 

Blanc (espoir Albi), Bouet (Aubeans , 2eme ligne), Grafouillère (Marmande, pilier), Estorge (Aurillac,pilier) complètent un recrutement qui renforcera à coup sur les girondins .

Pour s’étalonner, le RCBA a choisi de jouer deux fois Tyrosse. La première avec succès au pays de la fougère 28/21. La seconde sortie au pied de la dune a été moins probante, avec une belle pile à l’arrivée 35/12.

Si l’une des places qualificatives ne sera pas évidentes à atteindre, on peut supposer que le maintien ne devrait pas poser de trop de problèmes à une équipe qui sur le papier possède un effectif lui permettant de pratiquer un rugby de mouvement

On retrouvera Jean Baptiste Cros, passé par chez nous, ou encore Christophe Gayon qui a longtemps porté le maillot Tyrossais.

 

LE STADE

 

https://www.latestedebuch.fr/les-equipements-sportifs-2/la-plaine-des-sports/

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Trelissac n’était sans doute pas attendu si haut l’an passé. Après une saison régulière amplement réussie et une deuxième place de poule derrière Blagnac, les dordognots ont faut une phase finale parfaite, sauf pour les cardiaques, puisqu’ils ont sorti La Seyne et Saint Jean de Luz avec deux points d’écart… sur deux matchs. Passé Oloron, c’est en finale contre Lavaur que le SAT échouera, après prolongation.

L’intersaison aura donc été courte. 11 joueurs ont quitté le club, dont quelques titulaires de la finale Cousin , GajionOspreys) ou encore Tsukisvili ainsi que Leon qui rejoint Rouen.

Le club s’est efforcé d’attirer de nouveaux joueurs et fidèle à sa politique qui lui a si bien réussi, s’est tourné vers des joueurs étrangers.

 

 

 

 

Site Officiel : http://rugby-sat.com/

Facebook : https://fr-fr.facebook.com/SATRUGBY/

Cotze (2ème ligne sud africain) ou Alfonso Colombo (deuxième ligne argentin, en attente d’un visa) sont les symboles de cette politique. Deux piliers de fédérale 1 arrivent aussi, l’un de Lavaur, Burtila et l’autre de l’UCS, Dorotte. A ces joueurs on doit ajouter quelques arrivées locales, de Nontron notamment.

Le club pourra s\'appuyer sur l\'ancien Montois et Montalbanais Florent Cazeaux.

Enfin le SAT aura un nouvel entraineur des avants Mathieu Thouron, venant de Mussidan. Il aura sans doute du travail pour reconstituer un cinq de devant souverain , après le départ de plusieurs joueurs importants. Il sera assisté de Sylvain André.Après une victoire contre Limoges 28/17, le SAT se testera une dernière fois contre Marmande avant d’aller débuter la saison à Suresnes.

Difficile de situer cette équipe qui sera de toutes les façons difficile à manœuvrer, surtout à domicile. Cependant la perte de quelques cadres et un effectif à ce jouer light en seconde ligne (comme quoi, on n’est pas les seuls) laissent à penser que la lutte pour la qualification sera ardue.

 

LE STADE

 

Stade Firmin Baudou (source wikipedia)

 

 


Qu’est ce qui est gros, qui fait peur à tout le monde, qui représente l’évolution territoriale du rugby et qui est logiquement favori de la division ? C’est Rouen, malheureux finaliste d’accession contre Bourg en Bresse. Pour bien montrer l’évolution des ambitions, le vieux Stade Rouennais s’est mué en Rouen Normandie Rugby, cela sent moins la ventrêche et plus l’ilien surdimensionné. Ceci dit, contrairement à d’autres villes nouvelles dans le microcosme pro, Rouen a un long passé rugbystique et a déjà attiré quelques noms de l’ovalie comme Karl Janik, Nigel Horton ou Tincu.

Pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté, les Lions ont atomisé Suresnes en match amical en marquant 8 essais (56/15).

Entrainés par Richard Hill, ancien champion du monde avec l’Angleterre, les Normands possèdent un effectif nettement supérieur à la concurrence, comme Nevers en son temps. Avec un budget annoncé entre 6 et 7 M€ (grosso modo deux fois plus que Roval , annoncé à 3.5) , tout autre résultat qu’une des deux premières places seraient, tout d’abord, surprenant mais aussi incompréhensible, malgré la glorieuse incertitude du sport qui malheureusement n’existe pas quand il y a un tel écart de moyens.

 

 

 

 

Site Officiel : https://rouen-normandie-rugby.fr/

Facebook : https://fr-fr.facebook.com/RouenNormandieRugby

Twitter : https://twitter.com/RouenNdieRugby

Alors y a-t-il quelques têtes connues dans cette équipe ?

Voici l’équipe alignée contre Suresnes

Ford – Lemi, Radikedike, Ratuvou, Villière – James, Billou – Giraud, Toevalu, Vincent - Spencer, Waka - Innocente, Dorey, Knight.

On y retrouve l’ancien ouvreur de Nevers et du Stade Montois James, arrivé avec Bilou lui aussi du SMR , David LEMI l’ailier Samoan venu d’Angleterre, Radikedike et Ratuvou qui ont un beau passé dans le top14, Villière membre de l’equipe de France à 7 , Toevalu qui arrive de Narbonne, Waka de Chambéry, Innocente de Narbonne, qui a la particularité d’être Français, Knight de Bath. On peut aussi ajouter NA'AMA LELEIMALEFAGA (venant de Brive), JOSEFA DOMOLAILAI (Pau), Campeggia (Bourgoin). On n’a cité que les noms les plus parlant d’un recrutement qui va conférer une force de frappe inégalable aux Lions et une profondeur de banc qui empêcheront sur le long terme beaucoup d’équipes de rivaliser.

Où peut se situer le souci du RNR ? A y regarder de près, il n’y a pas que des perdreaux de l’année dans ce groupe. Il y a potentiellement beaucoup de puissance, d’expérience mais peut être que certaines équipes, si elles arrivent à lutter dans le combat pourront par un rugby de mouvement enrayer la grosse machine normande. On peut penser que le collectif mettra un peu de temps à se mettre en place, mais comme le dit l’encadrement rouennais, l’expérience , l’intelligence et les qualités devraient dans un premier temps pallier au manque de collectif.

 

Cette équipe fait tellement peur qu’ils n’ont pas trouver de partenaire de standing pour disputer un second match amical et affronteront Chartres (Fed2) pour peaufiner leurs réglages.

L’objectif Prod2 2019 est annoncé, il n’y a plus qu’à !

Le passé avec Dax ? Néant , mais Féro Lasagavibau a porté les couleurs des deux équipes.

 

LE STADE

Les Rouennais jouent au stade Mermoz mais ont affronté Bourg au stade Diochon devant plus de 8000 personnes , le stade des footeux.

 

 

Source : https://www.paris-normandie.fr/accueil/a-rouen-le-stade-diochon-a-l-heure-ovale-KB13034097

 

 

 

 

 

 

 


Le stade Langonnais vient de clôturer un exercice compliqué. Si sportivement le maintien a été acquis de haute lutte lors de la toute dernière journée (contre Niort), le club a vécu une saison extra sportive des plus compliquée avec la démission en Novembre de son président, en Janvier de l’entraineur des avants, des problèmes financiers…

Depuis 8 mois, une nouvelle équipe dirigée par Julien Perrot s’évertue à maintenir le club à flot dans un monde amateur qui ne l’est plus trop et où l’argent devient le nerf de la guerre.
Sportivement, le club est coaché par une vieille connaissance, Sylvain Mirande et Philippe Etchegaray, arrivé «  en pompier » durant la saison passée des espoirs du club. Ce sont ces hommes qui ont permis au club de se maintenir en Fédérale.

 

 

 

 

Site Officiel : https://www.rugbylangon/

Facebook : https://www.facebook.com/StadeLangonnaisRugby/

Le club a pris les devants pour éviter de connaitre une nouvelle saison difficile sportivement et a effectué un recrutement très quantitatif, nécessaire avec l’arrêt ou le départ de quelques joueurs :

Ainsi le pack sera renforcé par Maurice que l’on connaît bien. Un pilier de Bagnères (Lambrot) mais aussi un de Limoges, Petin, offrant quelques garanties d’expérience.

En deuxième et troisième ligne, une vieille connaissance, qui n’aura pas laissé un souvenir impérissable, Jamie Swanson arrive de Rodez, Escarnot de Lavaur ou Monto de Marmande.
L’arrivée de Jenkins, solide numéro 8, passé par Auch notamment et arrivant de l’UCS est une plus-value certaine pour Langon.

Derrière aussi, il y a eu du mouvement avec les arrivées de Deguin (St Medard) à la mélée, Arraté , passé par les espoirs de Dax et arrivant de Grasse, à l’ouverture ainsi que Lafon et Baptiste Cariat, qui arrive de l’UCS avec une solide expérience à ce niveau.

C’est donc un nouveau Stade Langonnais qui s’apprête sans doute dans un premier temps à assurer son maintien et qui espère surement un peu plus. Les hommes en place ont semble -t-il pérennisé  le club et assuré son avenir, que ce soit sportivement ou financièrement. Il reste aux joueurs à confirmer que le Stade langonnais a tourné la page .

 

 

LE STADE

Le stade Comberlin enfin est réputé pour avoir une des pires pelouses du lot. Des travaux devaient être entrepris.

 

 

Source :  Sud Ouest

Interview du président langonnais : https://www.rugbylangon.com/spip.php?page=article&id_article=1214

 

 

 

 

 

 

 


L’US BERGERAC va entamer sa deuxième saison en Fédérale 1. L’an passé, le club a fini 7 ème d’une poule relevée puisque les deux futurs finalistes y figuraient. L’année précédente, Bergerac avait échoué en finale contre Carqueiranne Hyères.

L’année qui arrive doit permettre aux « blacks » de consolider leur position et pourquoi pas d’ambitionner la qualification.

Peu à l’aise à l’extérieur, les dordognots ont fait tomber chez eux les deux futurs finalistes de la compétition et après un temps d’adaptation à la division, n’ont chuté que contre Blagnac de deux petits points.

Si l’effectif est jeune , il pourra  s’appuyer sur quelques tauliers, deux notamment  en la personne d’Olivier Caisso et de Sisaro Koyamaibole, arrivant de Montauban et Brive avec de sérieuses garanties. Sans doute vont-ils apporter l’expérience nécessaire à ce jeune groupe pour lui permettre de franchir un palier.

Les autres recrues sont  Lucas Fournerat, pilier (Montauban), Florian Lescadieu, talonneur (Hyères), Pierre Rousserie, 2e ligne (Limoges), Florian Peyrat, demi-de-mêlée (Dijon), Rémi Barboutie, demi d’ouverture (Limoges), Nathan Thizon, centre (Périgueux)

 

 

 

 

Site Officiel : http://usbrugby.com/

Facebook : https://www.facebook.com/usbrugby/

Twitter : https://twitter.com/rugbybergerac?lang=fr

 

Le club s’appuiera sur un budget de 800.000 € et a pour manager Jeremy Bertin, demi de mêlée passé par chez nous. 


L’US BERGERAC semble posséder quelques garanties pour vivre une saison relativement tranquille voir ambitionner la qualification.
Son premier match amical s’est soldé par une défaite 22 à 9 contre Bagnères.

Source : http://www.usbrugby.com/le-club/historique/1946-2014/2018-2019-equipes/

 

LE STADE

 

Source :  http://www.usbrugby.com/2017/02/21/actualites/picquecailloux-et-le-stade-gaston-simounet/

 

 

 

 

 

 

 

 


En Charente, l’union fait la force. Après la réussite de la fusion entre Soyaux et Angoulême, débouchant sur une valeur sure de la prod2 (tout en travaillant à la reconversion des joueurs dans la photographie), Cognac et St Jean d’Angely ont également décidé d’unir leur destin en mai 2017.

Les deux clubs sortaient d’une saison pleine, finissant deuxième et troisième de leur poule en fédérale 1 et étant éliminés en 8 ème.

Le RACA et l’USC sont devenus l’UCS, Union Cognac St Angely et cette équipe s’est baladée dans sa poule, finissant avec dix points d’avance sur plein de nos nouveaux amis (Langon, Nantes, St Medard, Niort , Bassin d’Arcachon) mais aussi des anciens (Tyrosse ou Oloron). Le club a été sorti en 8ème par Vienne. Finalement, l’union n’a pas fait mieux que les deux entités séparées.

 

Aujourd’hui, le club continue à se structurer et va tenter de faire évoluer son jeu, trop axé sur la puissance si chère à Christophe Hamacek.

 

 

 

 

Site Officiel : https://raca17.com

Facebook : https://fr-fr.facebok.com/ucs.rugby

 

 

Si l’effectif s’est axé sur les meilleurs joueurs des deux clubs en 2017, l’intersaison actuelle prouve que le club se donne les moyens d’atteindre la prod2 (horizon 2022). Une des quatre premières places est visée cette année. Le club a été chercher quelques photographes en manque de temps de jeu mais aussi quelques valeurs sures, comme Bonnet (Ex Albi), Sabri Gmir (Ex Beziers) qui nous a fait tourner en bourrique l’an passé, Visensang , de la célèbre lignée tyrossaise, une poutre sud africaine (Hay) même si elle arrive sans carte de visite impressionnante, un espoir oyonaxien (Gauthier) et Sonny Cecot, demi de mêlée (ex Aix).

Dans l’effectif, outre Hamacek, on retrouve un ancien rouge et blanc, Bolavucu et son compère Daunivucu, lui aussi ex international fidjien. Mathieu De Pauw au club depuis quelques saisons a un solide passé professionnel à Auch et La Rochelle. Tous les joueurs sont pros et le club, comme Dax ou Rouen , a prévu des séances quotidiennes. Un sérieux client à priori.

Le club joue sur les stades de Cognac et Saint Jean d’Angely (qui ont l’air aussi en forme que le notre !!!)

 

LE STADE

 

Source : https://www.rugbylangon.com/

 

 

 

 

 

 

 


Quand j’ai vu la poule de l’U.S.DAX, j’ai eu la surprise de voir le club breton de Rennes. Dans mon subconscient, le rugby d’Ile et Vilaine, c’était le Rheu, club de la banlieue rennaise. Comme quoi, ce n’est pas bien de ne pas se tenir informé de ce qui se passe en bas, surtout que l’U.S.DAX nous a clairement préparé à la chute.

A Rennes, il y a le Stade Rennais, club plus connu pour perdre ses finales que pour son palmarès, mais il y a aussi le Rennes E.C., club omnisports, dont la branche rugby se retrouve pour la première fois de son histoire en Fédérale 1.

En effet, Rennes a été promu en fédérale, après quarante ans d’existence, en 2002 . L’an passé, après s’être baladé toute l’année (20 victoires et 2 défaites), Rennes a sorti Orléans puis Orsay avant d’être battu en quart par Beaune (celui du pinard, pas celui de Merkel).

La montée de ce club qui devient le second club breton à atteindre ce niveau après Vannes (vu d’ici Nantes n’a pas le statut de galette saucisse, même si l’on se doute que la date de la double confrontation a dû être notée), engendre un certain engouement dans la capitale bretonne et le budget du club devrait augmenter de 30 % pour se porter aux alentours de 1,125 M€

 

 

 

 

 

Site Officiel : https://www.rennes-rugby.com

Twitter : https://twitter.com/rennesrugby?lang=fr

Facebook : https://www.facebook.com/RennesRugby/?ref=br_rs

 Dans les recrues, peu de joueurs ont joué en prod2, si ce n’est les ex-photographes Paquet et Taelega, Ryan Dubois ayant participé aux matchs amicaux européens avec Agen.

 

On notera que l’université de Rennes a été championne d’Europe de rugby à 7 au Portugal fin juillet avec une majorité de joueurs du REC.

 

Avec un mélange de jeunes joueurs et de quelques arrivants rompus aux joutes de la Fédérale 1, le REC s’évertuera dans un premier temps à prouver qu’il a bien sa place à ce niveau avant de nourrir d’autres ambitions, que son tissu économique devrait lui permettre d’avoir, à l’instar de Vannes ou encore Rouen.

 

Enfin , s’il n’y avait pas de lien entre les deux clubs, Iges Lapé , le nouveau pilier de l’U.S.DAX en provenance de Grenoble en a créé un puisqu’il était préalablement annoncé à Rennes !

 

Longue vie au rugby breton !

 

Le recrutement du REC

 

PILIERS : Jérémy Boyadjis (Chambéry, Fédérale 1 Élite), Anthony Quemerais (SC Le Rheu, Fédérale 2), Baptiste Le Jallé (Stade Nantais, Fédérale 1)

TALONNEURS : Alexandre Fau (Limoges, Fédérale 1 Élite), Victor Paquet (Soyaux-Angoulême, PRO D2)

DEUXIEMES LIGNES : Romain Fardoux (Bobigny, Fédérale 2), Rome Nifo Taelega (Soyaux-Angoulême, PRO D2)

TROISIEMES LIGNES : Gabriel Quesmel (Espoirs RC Vannes), David Mettier (SC Le Rheu, Fédérale 2), Vincent Wenger (Bobigny, Fédérale 2)

DEMI DE MÊLÉE : Timothé Massicot (Stade Nantais, Fédérale 1)

DEMI D'OUVERTURE : Morné Vletter (RC Strasbourg, Fédérale 1 Élite)

CENTRE : Ryan Dubois (SU Agen, Top 14)

ARRIERE : Théo Platon (SC Le Rheu, Fédérale 2)

 

L'AVIS DES RENNAIS SUR LA POULE

https://www.rennes-rugby.com/equipes-seniors/le-rec-dans-la-poule-atlantique-du-costaud-et-des-affiches-de-prestige

 

LE STADE

 

Source : https://mapio.net/a/114378977/

 

 

 

 

 

 


Cela faisait un moment que ce match contre Carcassonne avait été noté sur le calendrier, au moins depuis la fin des matchs aller. On pensait benoitement que ce match allait nous assurer le maintien que nos vaillants joueurs vont chercher sur le pré.

LIRE LA SUITE


Cette année, on peut reprocher beaucoup de choses à nos joueurs, mais surement pas le manque de vaillance, l’envie de s’arracher et de donner le meilleur. Notamment à domicile. Ce n’était pas toujours le cas les années précédentes. Pour autant, c’est sans doute cette année que le danger de relégation est le plus prégnant.

LIRE LA SUITE


Page 2 sur 14

Photos

2019-03-29 dax nantes 33  13  79.jpg
Custom Adv 2
Category Name

Lorem ipsum dolor elit sit amet, consectetuer adipiscing proin sed odio.

Custom Adv 1

Association Allezdax.com

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Proin sed odio et ante adipiscing lobortis. Quisque eleLorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Proin sed odio et ante adipiscing lobortis. Quisque eleifend, arcu a dictum varius, risus neque venenatis arcu, a semper massa mi eget ipsum.

U.S.Dax Twitter