INFIRMERIE

12 Nov 2018 15:00 #117567 par TCHOU40
Plus d'infos
U.S.DAX RUGBY LANDES
Hier, à 04:03 ·
[Du côté des nouvelles… de Thomas Currutchet]

Pour celles et ceux qui ont suivi à Maurice Boyau ou pour les autres qui n’ont pas pu se déplacer, nous avons des nouvelles rassurantes de Thomas.
Bien sûr, il est fatigué, bien sûr il porte une minerve et il a encore un peu la tête à l'envers… mais les examens d’hier soir n’ont rien décelé d’inquiétant.
Il devrait en faire d’autres pour confirmation dans les prochains jours.
Mais il a tenu à nous envoyer un petit message… « Il va bien, il vous remercie de vos messages et nous pouvons compter sur lui, très bientôt ! ».
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: barclay james harvest

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

14 Déc 2018 18:51 - 14 Déc 2018 18:52 #117866 par TCHOU40
Plus d'infos
Des nouvelles de Thomas Curutchet.

Pas très bonnes malheureusement si elles sont fiables.

Opéré hier des cervicales.

Saison terminée ? Carrière terminée ?

Bon courage à lui en tous cas.

Du coup seul Berchesi pour finir la saison à l'ouverture ???!!!
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: francis
Dernière édition: 14 Déc 2018 18:52 par TCHOU40.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

14 Déc 2018 21:40 #117867 par Barbu
Plus d'infos
Non il y Argel aussi. Et Cerisier je crois.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

14 Déc 2018 23:07 #117868 par alexf
Plus d'infos

Non il y Argel aussi. Et Cerisier je crois.


comme chez groupenba ?

Le forum n'est pas le site et le site n'est pas le forum. Si vous avez un souci avec le forum, contactez moi a mon adresse perso Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

15 Déc 2018 11:02 #117871 par seb
Plus d'infos
Hollet absent 2 / 3 mois .
Doigt cassé

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

19 Déc 2018 21:08 #117887 par claudius
Plus d'infos
Edition du soir S-O
Des nouvelles rassurantes, COURAGE THOMAS et à bientôt sur le stade
Bonne fêtes de fin d'année

Victime d’un plaquage à deux, en novembre, l’ouvreur dacquois Thomas Curutchet a échappé au pire. Il a été opéré pour une fracture à la septième cervicale. Aujourd’hui, il témoigne
Le 10 novembre dernier, alors que l’US Dax recevait Saint-Médard-en-Jalles, l’ouvreur Thomas Curutchet était victime d’un plaquage à deux ravageur qui le laissait au sol. Après des incertitudes sur son état de santé, il a finalement été opéré la semaine dernière pour une fracture des cervicales. Il est à présent en convalescence, chez lui, à Bordeaux. Alors que les funérailles du jeune espoir Nicolas Chauvin, victime aussi d’un plaquage à deux, ont eu lieu ce mercredi, le jeune demi d’ouverture s’interroge.
On vous a vu sortir sur une civière pendant le match contre Saint-Médard, après un très violent plaquage. Que s’est-il passé?
Il s’est avéré que j’avais une fracture de la septième cervicale et un morceau d’os qui appuyait sur le nerf. J’avais perdu toute force dans le bras droit. Je ne pouvais même pas faire de pompes. Ils m’ont mis une plaque avec des vis sur les cervicales 6 et 7 et pris un morceau d’os iliaque à la hanche pour refaire le disque.
La rédaction vous conseille
"Je me suis dit tout de suite que je devrais être opéré"
Comment allez-vous?
Plutôt bien. Je récupère petit à petit. J’ai été opéré jeudi dernier, je suis sorti de l’hôpital vendredi. Ça a été un peu douloureux au début mais c’est de mieux en mieux. J’ai encore des fourmillements dans l’index. Je me repose, chez moi, à Bordeaux, où j’habite avec ma copine. J’ai vu le kiné de l’hôpital, il m’a donné des exercices à faire tout seul. Je reprendrai les séances de kiné dans un mois à un mois et demi.
Vous avez eu peur?
Oui, un peu sur le moment. J’avais mal et je ne sentais plus mon bras droit. Je me suis dit tout de suite que je devrais être opéré. Et puis, juste après, aux urgences, on m’a dit que je n’avais rien. Finalement, je ne savais plus trop à quoi m’en tenir.
"Sur les premières radios, ils n’ont rien vu"
Vous êtes resté plusieurs jours dans l’incertitude sur votre état?
Sur les premières radios, après le plaquage, ils n’ont rien vu. Une semaine après, j’ai passé des radios dynamiques à Bayonne, ils n’ont rien vu non plus. Mais je continuais à avoir mal. j’ai demandé à faire une IRM, les médecins m’ont eu un rendez-vous assez vite mais on n’a rien trouvé de probant. Et puis j’ai passé un scanner au centre d’imagerie des Landes et là la fracture était très nette.
Comptez-vous revenir sur le terrain?
Bien sûr. Je ne dois pas faire d’efforts physiques pendant huit à dix jours, le temps de la cicatrisation. Après je pourrai reprendre les séances de cardio : vélo, course à pied et winch. Je vais faire des radios de contrôle et revoir le chirurgien le 22 janvier. À partir de là, je pense pouvoir reprendre l’entraînement mais sans contact. Lui m’a dit qu’à partir de l’opération, il fallait compter trois mois avant d’être compétitif, donc j’espère pouvoir reprendre les matchs à la mi-mars. Il m’a assuré qu’il n’y avait pas de risques, au contraire, avec les plaques, je suis protégé.
"On est conscient qu’il y a un risque dès que l’on entre sur le terrain"
La semaine dernière, on a déploré la mort du jeune espoir Nicolas Chauvin, après un plaquage à deux. C’est une chose à laquelle vous avez pensé.
Tout à fait, d’autant que j’étais opéré le jeudi à la clinique Saint-Martin alors que lui était décédé la veille à l’hôpital Pellegrin. Je pense qu’en tant que joueur, on est conscient qu’il y a un risque dès que l’on entre sur le terrain. Mais en plus, aujourd’hui, les gabarits augmentent, tout le monde est plus lourd, ça va plus vite. Il faut de nouvelles règles, avec des plaquages moins hauts ou bien qu’il y ait de plus grosses sanctions. Il faudrait peut-être revenir au rugby comme sport d’évitement.
L’équipe a pris des nouvelles de vous? Vous avez suivi les derniers matchs?
Oui, tout le monde m’a appelé avant et après l’opération. D’ailleurs ce soir (ce mercredi, NDLR), je dîne avec Julien Dechavanne et Guillaume Devade (qui joue cette saison à Floirac, près de Bordeaux, en Fédérale 2, NDLR). J’ai suivi leur victoire à Rennes, ça fait du bien. En plus, Bergerac a gagné à Nantes, ce qui fait encore plus de bien. On termine bien l’année sur le plan comptable, ce n’est que du positif.
"J’ai demandé à repousser mes partiels"
En parallèle du rugby, vous êtes en Staps, en première année de master management du sport. Cet accident a eu des conséquences sur vos études?
Je reprendrai en janvier. J’ai demandé à repousser mes partiels, que j’aurais dû avoir lundi. Mais j’avais encore des douleurs et je ne me voyais pas y aller comme ça. Du coup, je les passerai en juin.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

20 Déc 2018 09:23 #117892 par kekito
  • kekito
  • Portrait de kekito
  • Hors Ligne
  • Membre platinium
  • Membre platinium
  • ROUGE & BLANC !!! WHAT ELSE ?
Plus d'infos
Bon courage à toi Petit !
Ce sport est devenu une arène avec la mort comme épée de Damoclès, quelle tristesse. Honte aux dirigeants de ne plus associer sport et santé. Meurtre non prémédité devrait-on dire pour les instances rugbystique de tous les pays. Dégoutant, dégueulasse ce qu'est devenu le rugby pro.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: ZAZA4003

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

20 Déc 2018 09:24 #117893 par kekito
  • kekito
  • Portrait de kekito
  • Hors Ligne
  • Membre platinium
  • Membre platinium
  • ROUGE & BLANC !!! WHAT ELSE ?
Plus d'infos
Voici ce qu'a écrit Jacques Verdier, décédé en début de semaine, paix à son âme :


Le jour où l’un de mes fils, victime d’une double fracture du plancher orbitaire et de la pommette, décida à 19 ans, la mort dans l’âme, d’arrêter de jouer au rugby, j’en fus singulièrement soulagé. Sa mère, lassée par les diverses fractures qu’il avait dû essuyer auparavant (cheville, arrachement des ligaments de l’épaule), n’était pas pour rien dans l’affaire. Elle ne comprenait pas que l’on puisse sacrifier ses études et sa santé dans l’exercice d’un sport qui, chaque semaine, apportait son lot de contusions, de confusions.

Comment exprimer cela au plus près de mes sentiments ? Comment expliquer sans effusion ni ridicule, qu’un homme qui a passé le plus clair de sa vie à aimer un sport, à le mythifier, à le prolonger par la parole ou l’écrit, qui y a trouvé des amis, qui y a puisé des exemples, qui lui a prêté, toute subjectivité bue, plus de vertus qu’aucune autre activité sportive ne pouvait à ses yeux en déceler, puisse être « soulagé » de voir son fils cesser cette pratique ? Par quelle aberration en est-on arrivé là ? Par quel dévoiement, quel crétinisme ?

Je redoutais au fond de moi, comme de trop nombreux parents désormais, que ne survienne un drame comme celui qui vient de coûter la vie à Nicolas Chauvin, quatre petits mois seulement après le décès de Louis Fajfrowski, et sept mois après celui d’Adrien Descrulhes. J’essaie humblement aujourd’hui de me mettre à la place du père de Nicolas, appelé, lundi dernier, au chevet de son fils plongé dans le coma. J’essaie d’imaginer l’horreur. L’indicible chagrin. Un gosse qui meurt, à 19 ans, et le monde qui s’écroule. Comment accepter cela ? Comment ne pas hurler ?

Le rugby était un sport de fête, un jeu fraternel, qui ne faisait certes pas toujours dans la dentelle. Il arrivait que, comme chez les Gaulois d’Astérix, on s’y file des baffes plus souvent qu’à notre tour, mais c’était, dans la grande majorité des cas, pour mieux s’y rejoindre le match terminé, festoyer de conserve, échanger, débattre. Qu’est-il devenu ?

Sur fond de primat économique – il n’est plus question, de toutes parts, que de revenus, de bénéfices, de transferts mirifiques – dans une quête sauvage et éperdue d’un « toujours plus » délétère, on a fabriqué des monstres bodybuildés dont le dessein premier est aujourd’hui de « casser la ligne » et d’asséner des plaquages comme autant de coups de fusils. Et tout ça pourquoi ? Pour favoriser l’ego de quelques présidents en mal de reconnaissance, la force d’une compétition qui se repaît de ralentis sulfureux, l’avidité d’un nouveau public soudainement rendu aux jeux du cirque.

Mesure-t-on l’effroyable bêtise de cette évolution ? Mesure-t-on à quel point ce sport intelligent, aux règles complexes, qui en a longtemps appelé à des codes chevaleresques, qui s’est enorgueilli d’élever ses enfants au rang d’hommes, sur fond de courage, de générosité, de respect de l’autre, s’est déshumanisé en vingt ans ? Est-ce là, la formidable « modernité » des choses ? Est-ce cela que l’on veut pour nos enfants ?

La Ligue et la Fédération en appellent désormais à World Rugby pour que le règlement soit enfin revu et corrigé. Pour que cesse ce rugby de « muerte » qui, si on ne fait rien, conduira demain à d’autres décès, à d’autres drames. Mais n’est-il pas déjà trop tard ? C’est qu’il faut tout repenser dans ce sport, tout refondre. Ce ne sont pas des « mesurettes » qui vont changer le cours des choses. Mais qui osera s’attaquer au fond du problème ? Qui aura le front et les moyens de dire Non ! De dire basta ! Qui saura résister à l’insupportable mouvance actuelle ? Qui ?
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: bruno, ZAZA4003

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

20 Déc 2018 17:22 #117896 par bixente
Plus d'infos
La réponse, Kékito, me semble couler de source : c'est nous tous qui avons ce pouvoir de dire basta en désertant les stades, ces lieux où des gamins meurent, en annulant nos abonnements à Canal ou BeInSport.
Mais le veut-on vraiment?
De la même façon que nous entrons dans une arène en ayant conscience que le torero peut être victime d'une cornada mortelle, nous acceptons de rentrer au stade en ayant conscience que le gamin peut subir un plaquage mortel.
C'est cru, c'est cruel.
C'est la désaffection des spectateurs, des téléspectateurs, des abonnés, des petits qui s'inscrivent à l'école de rugby qui va faire bouger les lignes. Ceux qui ont mis la main sur les destinées du rugby ne comprennent que ça, la finance et les pépettes! Dés lors que ça ne rapportera plus, ils mettront en place de nouvelles règles pour faire revenir les dollars dans leurs poches. Ou abandonneront leur joujou et d'autres mettront en place les mesures nécessaires.
Moi je pense que la solution, c'est l'évitement, donc l'espace sur le terrain. Donc adieu le rugby à 15, et bienvenue au rugby à 10, à 7...
Dans la descente aux enfers de l'USD ces dernières années, il y a une chose qui me rassure : "mon" USD n'a pas pris part à cette surenchère (même si on continue à craindre pour nos joueurs en fédérale, et Thomas en est le témoin).
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: kekito

Diou biban!

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

20 Déc 2018 18:18 #117897 par kekito
  • kekito
  • Portrait de kekito
  • Hors Ligne
  • Membre platinium
  • Membre platinium
  • ROUGE & BLANC !!! WHAT ELSE ?
Plus d'infos
Salut amigo... oui c'est pas bête le 10 ou le 7... ou ré-interdire le plaquage au dessus de la ceinture...
J'ai abandonné c+ et le reste depuis belle lurette et ne regarde plus le taupe 14...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

20 Déc 2018 21:09 #117899 par Barbu
Plus d'infos
Courrier reçu ce soir de la FFR, il y a des diagrammes que je n'arrive pas à copier:

Cher(e)s ami(e)s



L’accident tragique du jeune Nicolas Chauvin a soulevé une vive émotion dans le monde du Rugby français et auprès du grand public.

Cette émotion je la partage profondément. J’ai personnellement accompagné la famille de Nicolas dans ces moments de grande douleur et de détresse. Une famille dont la dignité pousse à l’admiration.

Un accident, fusse-t-il aussi rare, est un accident de trop.

Par-delà la tragédie, chaque situation doit nous permettre de faire progresser la sécurité de notre pratique.

C’est pourquoi je veux évoquer avec vous ce thème et rétablir des vérités essentielles.

Les questions de l’évolution de la dangerosité du Rugby et celle des réponses éventuelles à donner se posent légitimement.

Mais les réponses apportées se doivent d’être rigoureuses et factuelles.

Il est important, dans ce genre de sujet où l’émotion est vive, de partir de constats objectifs et rationnels.

Il est de mon rôle, de ma responsabilité de vous transmettre ces informations.

Au travers de tous les débats ouverts dans les médias, trois questions se posent à nous :

La pratique du Rugby en France occasionne-t-elle plus d’accidents graves aujourd’hui qu’hier ?
Pour y répondre il suffit de consulter le nombre d’accidents graves entraînant soit des décès soit des invalidités importantes depuis 1996, représenté par le diagramme ci-après.



La réponse est donc sans ambiguïté :

Non la pratique du Rugby en France n’occasionne pas plus d’accidents graves aujourd’hui qu’hier. La tendance vue sur ce diagramme est même à la baisse.
Non il n’y a pas une explosion de la dangerosité la pratique du Rugby en France .
Non la pratique du Rugby en France n’est pas devenue une pratique folle qui met en danger nos enfants de manière inconséquente.
La seconde question qui se pose est tout aussi simple :
Le Rugby français pose-t-il des problèmes de sécurité spécifique en comparaison des autres nations ?
La consultation de la littérature médicale nous renvoie à une étude menée par le Centre de Médecine Sportive de Nottingham qui date de 2008.

La France se situe à la toute dernière position dans le classement issu de cette étude.

La réponse est là aussi claire :

La pratique du Rugby en France ne pose pas un problème de sécurité spécifique comparativement à la pratique du Rugby dans le monde.

Le taux d’accidents sérieux dans le Rugby à XV français se situe dans la moyenne basse des nations pratiquant le rugby à XV et d’autres sports comme le Football américain et le hockey sur glace.

Bien sûr nous devons tenir compte de la date de l’Etude. Cependant, les chiffres d’accidents en France ayant baissé depuis, il est probable que le classement reste un bon repère.

La troisième question à laquelle nous devons répondre est la suivante :

Le Rugby est-il particulièrement dangereux comparativement à d’autres sports ou d’autres activités de loisirs ?
Une étude menée en 2010 par l'ancien Institut de Veille Sanitaire nous amène les données suivantes :

• 246 morts/an liés à des activités sportives et loisirs réparties ainsi

99 lors d’activités de Montagnes
50 lors d’activités nautiques
27 liés à la chasse
23 lors d’activités aériennes motorisés (ULM…)
23 dans les sports mécaniques o 20 lors d’activités aériennes non motorisés (deltaplane, parapente, parachute…)
4 dans les autres sports (2 Equitation, 1 Pétanque, 1 Rugby)
• Ces chiffres ne tiennent pas compte des 147 cyclistes décédés sur la route et des 430 noyades survenues hors sports ou hors activités nautiques.
• Il faut évidemment compléter en incluant les variations annuelles du nombre de décès dans le Rugby français. Même avec celle-ci, le Rugby reste loin derrière dans ce sombre classement.

Là aussi la date de l’Etude doit être prise en compte mais la tendance de nos accidents étant à la baisse depuis, nous pouvons nous appuyer sur ces chiffres.

La pratique du Rugby en France n’est donc pas une des pratiques sportives créant le plus d’accidents. Loin s’en faut.

Les réponses aux 3 questions se sont donc claires.

Cependant nous ne pouvons ignorer le ressenti général illustré par le traitement médiatique de notre actualité.

Notre sport fait peur, peur qui dépasse la réalité des chiffres et des statistiques.

Ainsi, nous ne pouvons ignorer le changement de regard lié à l’irruption de la problématique des commotions cérébrales depuis 2010.

C’est devenu une question centrale de la sécurité des pratiquants et des pratiquantes.

Comme pour les accidents qui survenaient lors de mêlées et qui a été pris à bras le corps par la FFR et les instances internationales, cette problématique fait l’objet d’une réglementation qui permet une détection et une prise en charge qui n’ont jamais été aussi rigoureuses.

Jamais le pratiquant et la pratiquante de Rugby n’ont été aussi suivis et surveillés.

Ainsi l'établissement du protocole commotion (HIA) efficient au niveau professionnel, mais aussi le déploiement du programme de prévention intitulé « #Bien joué », dédié au monde amateur et aux Ecoles de Rugby, amènent des réponses concrètes afin de diminuer les risques liés à la commotion cérébrale et promouvoir un rugby de mouvement.

Dans nos écoles de rugby, les jeunes sont formés progressivement avec des séances de « toucher 2 secondes », des séances en contacts aménagés pour apprendre à ceinturer, et du rugby à plaquer en dessous de la ceinture. Le retour vers un Rugby d’évitement et un apprentissage évolutif permettent de garantir la sécurité, former au rugby et préserver la sérénité des parents.

Cette problématique de la commotion cérébrale, bien que prise en charge par World Rugby et la FFR, a certainement contribué à créer un climat anxiogène fort participant à la situation actuelle.

Au final le Rugby est un sport de contact, d’engagement pratiqué depuis plus de 200 ans et aujourd’hui par plus de 9 millions de personne dans le monde.

Il comprend sa part de risque que toutes les fédérations du monde dont la FFR mesurent et étudient afin d’adapter les règles.

Aucun autre sport ne se pense en permanence comme le nôtre.

Le jeu évolue, la nature des risques également : la réflexion doit aujourd’hui désormais porter en priorité sur les règles de plaquage.

Pour traduire ces intentions en actions, nous avons ce jour, à notre initiative, rencontré les dirigeants de World Rugby, prescripteur de la règle, pour évoquer l’ensemble de ces sujets que nous portons en ultra-priorité.

J’ai fait ce jour, les 3 propositions concrètes suivantes, qui seront suivies des faits :

Abaisser la ligne de placage au niveau de la ceinture
Interdire le plaquage à 2 joueurs : le 2ème plaqueur ne maîtrisant plus la position du plaqué, la zone d’impact du 2ème plaquage est inconnue et potentiellement risquée
Sanctionner sévèrement le plaquage tête contre tête : la règle entendrait de sanctionner le plaqueur qui ne ferait pas l’effort de se baisser.
Par ailleurs, nous avons convenu avec World Rugby d’organiser un symposium mondial sur la santé des joueurs et l’évolution de la règle. Ce grand rassemblement mondial aura lieu les 19&20 mars prochains à Paris et portera des actes forts, concrets et opérationnels.
La FFR est une nouvelle fois force de propositions dans ce combat quotidien pour la sécurité de nos pratiquants.

Mais le Rugby ne peut être résumé à ces problèmes de sécurité.

Le Rugby est un formidable outil pédagogique au service de l’épanouissement personnel des jeunes filles et des jeunes garçons qui le pratiquent.

De mplus la pratique du Rugby, comme tous les autres sports, permet de lutter efficacement contre la sédentarité, fléau de nos sociétés modernes.

Le Rugby est donc un atout pour notre société dont le risque, en baisse et accepté jusqu’alors, ne doit pas effacer toutes les vertus.

Nous devons tenter de comprendre et comment nous pouvons tous ensemble ramener de la raison dans le débat.

Je vous prie d’agréer l’expression de mes plus sincères et chaleureuses salutations sportives.

Bernard LAPORTE

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

20 Déc 2018 23:34 #117901 par kekito
  • kekito
  • Portrait de kekito
  • Hors Ligne
  • Membre platinium
  • Membre platinium
  • ROUGE & BLANC !!! WHAT ELSE ?
Plus d'infos
Comparer le rugby à la montagne et aux sports mécaniques il fallait oser...
Monsieur Laporte ne parle pas de foot de hand de basket... quel triste sire ce mec

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

21 Déc 2018 08:12 #117902 par Barbu
Plus d'infos
Kek, si tu me file un mail en mp je t'envoie les infographies qui étaient associées au mail. On y constate que les accidents graves ont largement régressé en 20 ans.
Je crois que l'interdiction de plaquer à 2 est une bonne mesure. Autant pour la sécurité que pour la continuité du jeu.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

21 Déc 2018 14:02 #117904 par alexf
Plus d'infos

Comparer le rugby à la montagne et aux sports mécaniques il fallait oser...
Monsieur Laporte ne parle pas de foot de hand de basket... quel triste sire ce mec


sans vouloir le defendre ou critiquer quoi que ce soit, il defends le sport dont il a la charge.

Le forum n'est pas le site et le site n'est pas le forum. Si vous avez un souci avec le forum, contactez moi a mon adresse perso Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

21 Déc 2018 14:59 #117905 par bixente
Plus d'infos
Merci pour ce texte Barbu, j'ai été voir les graphiques.
Mon premier réflexe est de me méfier du thermomètre de Bernie, il fait bien partie de ceux qui ont amené en France cette évolution du rugby physico-physique et qui en vivent bien. C'est un peu comme si on demandait à Monsento de nous faire un rapport sur le glyphosate...
Pour moi, il y a un gros hic dans cet historique, c'est comment surviennent ces graves blessures.
Avant, était-ce le fait de joueurs voyous ou juste vicieux comme il y en avait dans le temps dans chaque équipe? Des gestes à la Cazals sur Bérilhe en finale et qui tournent mal. Bref des accidents hors règles du jeu... On en voit beaucoup beaucoup moins, même sur les terrains d'Amou ou de Montfort si je ne m'abuse.
Et les blessures de maintenant, sont-ce plutôt des faits de jeu qui interviennent sur des actions licites mais devenues dangereuses du fait de la transformation physique des rugbymen de maintenant, modelés et bodybuildés pour devenir plus lourds et plus rapides? Comme le KO du jeune auvergnat Ezeala contre Vakatawa. La nouvelle règle de Bernie va empêcher ça? NON!
Les rugbymen d'aujourd'hui sont tellement mieux préparés, gainés que ceux d'antan. Et pourtant, combien font une saison entière sans pépin physique?
Je ne sais pas, je m'interroge. Mais dans mes souvenirs, un rugbyman KO il y a 30 ans s'était forcément pris une belle poire quand l'arbitre regardait ailleurs. Un rugbyman KO aujourd'hui ne s'est pas pris une poire, il a pris un choc en plaquant ou en étant plaqué, déblayé... Les commotions cérébrales ne sont pas prises en compte dans les tableaux de Bernie car elles n'engagent pas de DPH>60% dans l'immédiat; en revanche, qu'est ce qu'elles vont faire comme dégâts à long terme!!!
Bref, je suis assez affolé par cette sortie de Bernie. Circulez y a rien à voir...

Diou biban!

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

21 Déc 2018 21:37 #117906 par Barbu
Plus d'infos
C'est exactement l'analyse que j'en fait (du texte comme de son auteur)...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

21 Déc 2018 22:16 #117907 par kekito
  • kekito
  • Portrait de kekito
  • Hors Ligne
  • Membre platinium
  • Membre platinium
  • ROUGE & BLANC !!! WHAT ELSE ?
Plus d'infos

Comparer le rugby à la montagne et aux sports mécaniques il fallait oser...
Monsieur Laporte ne parle pas de foot de hand de basket... quel triste sire ce mec


sans vouloir le defendre ou critiquer quoi que ce soit, il defends le sport dont il a la charge.

ah bon ? Moi je croyais qu’il faisait du fric pour son futur ? Tu sais que depuis qu’il est là les comptes ne cessent de plonger et que la fédé est en déficit ? Mais bon comme tu dis il défend son sport... à sa façon.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

23 Déc 2018 11:51 #117927 par TCHOU40
Plus d'infos

Hollet absent 2 / 3 mois .
Doigt cassé


quelle tuile !!!!

c'était pour moi le meilleur centre de l'effectif

Curutchet out Hollet out ; reste que Argel et Delai pour couvrir ce poste
voir Puntous
et peut être Pisano ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

23 Déc 2018 12:57 #117929 par BILOUD
Plus d'infos

Hollet absent 2 / 3 mois .
Doigt cassé


quelle tuile !!!!

c'était pour moi le meilleur centre de l'effectif

Curutchet out Hollet out ; reste que Argel et Delai pour couvrir ce poste
voir Puntous
et peut être Pisano ?


Tu as aussi Reteau qui peut dépanner...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

23 Déc 2018 13:27 #117930 par PierDax
Plus d'infos
L'infirmerie qui se remplit est un sujet délicat pour toutes les équipes mais concernant l' USD Reteau est sûrement notre meilleur 1/2 de mêlée dommage de le faire glisser au centre alors qu'il a tout pour progresser à la mêlée et s'imposer. Puntous au centre c'est tout bon aussi .... c'est plus devant que je suis inquiet sans puissance, sans gratteur récupérateur , sans mêlée dominatrice, sans solution défensive sur les mauls adverses ...etc... et là ce n'est pas un problème d'infirmerie .
J'espère que Maignien va nous promettre du meilleur en cette époque de voeux car l'excuse du retard pris en début de saison ne tient plus à ce stade de la compétition, tout comme l'équipe attendue au coin du bois ou le faible budget d'ailleurs ...faut arrêter et reconnaître ses erreurs ou incompétences ...
Difficile de tordre le cou aux alibis touts faits qui deviennent une grande spécialité de la maison Dacquoise !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

En direct du twitter officiel

Allezdax.com © 2023

Search