Matchs de l'U.S.Dax

Championnat 2017/2018 - Journée 6 22 Sep 2017 - 20 h 00

24 - 11

US Dax

USO Nevers

US Dax
US Dax

contre

USO Nevers
USO Nevers

24

SCORE

11

2

essais

1

1

transformations

0

4

penalites

2

1

carton jaune

0

Par Oban

Ce soir, Janus a revêtu un habit rouge. L’USD a en effet livré une performance de lumière et d’ombre sur sa pelouse de Maurice Boyau.

Une première mi-temps pleine d’entrain, d’allant, avec des percées incisives de ses trois-quarts (Pierre Justes, Klem, Arnaud Pic, Billy Ropiha), un jeu aéré, beaucoup de vitesse dans les enchainements, très peu d’erreur, une défense de fer très offensive qui a pourri la vie des Nivernais et une mêlée conquérante, sanctionnée par un superbe essai de Max Delonca sur une percée d’Arnaud Pic et la botte de Nicolas Cachet (5 sur 6 au but et une transformationi) a fait place à une seconde mi-temps, pourtant entamée de la meilleure façon qui soit par un essai de Ropiha sur une nouvelle percée d’Arnaud Pic suite à une mêlée aux 40m de l’USON côté petite tribune, le néo-zélandais perçant à son tour pour aller à dame dans le coin.

Et puis soudain, comme ça, quelqu’un a débranché l’USD. Fini le jeu, 4 fautes en 8 minutes, une défense qui desserre son étreinte et laisse l’initiative du jeu à l’USON, 3 pénalités sur mêlée, et une faute de trop d’Arnaud Pic sanctionné sous nos poteaux à la 60ème minute lui valant 10 minutes au frigo pour l’ensemble de l’œuvre dacquoise, il n’en a pas fallu plus pour que l’USON mette plus de vitesse, plus d’impacts dans les collisions, pose de gros problèmes à la défense dacquoise sur ses groupés pénétrants, et comme la quasi majorité des touches ont été jouées par les joueurs de Péméja, inutile de dire que les « gros » dacquois ont perdu énormément de plumes dans ces affrontements. Derrière, handicapés par un ouvreur lent et peu inspiré, les visiteurs n’ont toutefois pas hésité à envoyer du jeu, un jeu plus basé sur la percussion toutefois que sur l’évitement, comme en témoignent les ballons joués par Raisuqe qui à chaque fois qu’il l’a pu a percuté, déménagé, déblayé, bousculé tout ce qui se trouvait sur son chemin.

C’est incroyable comme l’USD peut évoluer sur courant alternatif. En première mi-temps, c’est son agressivité, sa concentration et sa vitesse qui ont permis d’enrayer complètement la machine nivernaise. En seconde mi-temps force est de constater que les visiteurs auraient pu ramener plus de leur déplacement dans la cité thermale. Mais voilà… Il faudra bien un jour qu’on nous rende les Fidjiens qu’on aime, ces magiciens adroits qui mettent le feu au terrain, qui effacent leur adversaire comme un matador dans une faena et qui dévorent les grands espaces. Or aujourd’hui, ce qui fait bander le président moyen et la cohorte de spectateurs attirés par l’odeur du sang, ce sont les mastodontes déménageurs et destructeurs dont le rugby français professionnel raffole et qui affole les instances médicales. Et c’est justement à la 70ème minute qu’a eu lieu le tournant du match, juste avant (ou après…) le retour d’Arnaud Pic sur le terrain. Dans ce jeu que les jaunes semblaient mener un peu à leur guise, et ou les bleus étaient pour les défenseurs dacquois arc-boutés, une attaque venue de la petite tribune permettaient de décaler Josaia Raisuqe sur un 2 contre 1 imparable… Et là, notre mastodonte des îles a lâché le ballon qu’il avait reçu. C’en était fait des chances de l’USO Nevers de remonter l’USD.

Dans une seconde mi-temps où l’USD a été beaucoup pénalisée, en mêlée et sur les mauls déroulants de l’adversaire en particulier, il a fallu attendre la 72ème minute pour voir l’arbitre lever le bras pour les locaux. Quasiment sevrés de ballons, les dacquois, quand ils ont remis la main dessus dans les 10 dernières minutes ont refusé de jouer. Il faut dire que Paea était blessé, qu’Albin Meron n’a pas fini le match remplacé en troisième ligne par… Thibault Lesparre !!, et que les impacts incessants qu’ont du affronter les joueurs n’avaient rien pour encourager à jouer. Il fallait tenir et surtout priver Nevers d’un point de bonus défensif que la première mi-temps n’aurait pas permis de prévoir étant donnée l’emprise étouffante et les intentions dacquoises, mais que la seconde mi-temps aurait bien pu récompenser. Il faut dire que j’attendais un peu mieux des visiteurs. Comme quoi, si la mayonnaise commence à monter, elle n’a pas encore pris. Tant mieux pour l’USD, car avec un peu d’huile dans les rouages, le retour de Mathieu Bélie que j’avais dit jouer dans ma présentation (Je m’en excuse auprès des supporters nivernais) et l’association terrifiante de Naqiri Kunavore avec le quintal percuttant de François Herry ou un Conor Trainor remis de sa blessure et les muscles de Josava Raisuqe, il y a du mouron à se faire pour les défenses un peu légères qui vont en subir les impacts.

Ce soir, la première mi-temps dacquoise, la meilleure que j’ai vu depuis des lustres, malgré les deux trois occasions laissées en route, avait laissé entrevoir un résultat inespéré de prime abord après l’essai de Billy Ropiha à l’entame de la seconde. Mais la suite des évènements me laissent penser que, finalement, laisser Nevers à 13 points en les privant du bonus défensif, c’est pas si mal que ça.

Dans une équipe dacquoise qui a baissé de pieds sous les assauts nivernais, j’ai bien aimé les le sérieux et la percussion apportés par Billy Ropiha justement récompensé par un essai, la grinta et le tranchant d’Olivier Klemenczak de Pierre Justes et d’Arnaud Pic, l’activité d’un Aisea Koliavu très en vue quand il a été sur le pré, l’activité inlassable de Filimo Taofifenua et la très bonne rentrée, une nouvelle fois, de Pierre Huguet. Saki ne s’est pas défilé, même si Raisuqe lui en a fait voir de toutes les couleurs, et il a même capté trois ballons en l’air sans les perdre ! Tous les avants sont à louer pour leur bravoure défensive. Du côté Nivernais, les craintes que j’avais formulées en préambule du match se sont vérifiées dès que l’USD a desserré son étreinte, et cet effectif a tout pour jouer le haut du tableau quand l’ensemble sera rôdé. Sera-ce pour cette année, je ne sais pas, mais comme je vois mal l’USON jouer le maintien, je pense que l’an prochain pourrait mieux leur convenir.

En tout cas, avec les victoires de Soyaux-Angoulême, nettement, sur Aurillac (25-10), de Vannes sur le BO (22-16) et de Massy, c’est une surprise, mais ça donne un peu plus de regrets pour ce qui concerne le match de la semaine dernière, sur Colomiers (18-11), il ne fallait pas se louper ce soir. Et pour ce qui concerne les deux équipes pour qui la saison débute en « Aude » boudin, le derby de la peur a permis au Racing Club Narbonnais d’enfoncer un peu plus l’US Carcassonne (23-19)

Sur ce, je vous souhaite à tous une bonne nuit, et allez les Rouges (et blancs) !

Par Oban

Paradoxe que ce match, où un pensionnaire historique de l’élite du rugby national reçoit dans ses petits souliers un promu aux dents juste assez longues pour ne pas rester plantées dans le gazon. En effet, traditionnellement, la venue d’un nouveau pensionnaire aurait pu être considérée comme un match clé qu’il faudrait gagner absolument. Ca a été le cas la saison dernière lors de la venue de Vannes ou de celle de Soyaux-Angoulême, de Provence Rugby ou bien de Massy un peu avant.

Oui, mais voilà. Depuis plusieurs années, l’USD évolue juste au dessus de la ligne de flottaison du rugby pro, quand elle ne se permet pas de temps en temps de boire la tasse et de se retrouver repêchée par le fond du caleçon. Pendant ce temps là, dans la Nièvre, un chef d’entreprise à succès s’est mis dans le crâne d’accéder au second étage national professionnel et de pérenniser sa présence à cet échelon, patiemment, sans bruit, en mettant les wagons de son projet dans le bon sens. Et dans le contexte rugbystique actuel, où le compte en banque fait office de poisson dans lequel les devins regardaient l’avenir, il faut bien dire qu’avec son budget deux fois supérieur à celui des locaux, l’USON a de quoi foutre la trouille à tout dacquois qui se pose des questions sur la survie professionnelle du club.

La présence de ce club n’a culturellement rien d’anormal. La Bourgogne a toujours été une terre de rugby, même si Nevers est un peu à l’écart du cœur de ce rugby qu’est la région du Creusot, de Montchanin, de Montceau-les-Mines, Chalon ou Macon. Son ascension n’est pas une surprise tant sa structuration a fait qu’il était programmé, si ce n’est attendu, à ce niveau depuis un moment déjà. Alors voilà l’ogrillon jaune et bleu en visite dans la cité thermale ce soir.

Sur le papier, l’équipe a parfaitement le profil pour évoluer de façon satisfaisante à ce niveau. Le recrutement a de quoi étonner et inquiéter. Des joueurs d’Albi, et pas des moindres, de l’USAP, de Vannes, de Montauban ! Et ce soir, ce sera l’occasion de voir cette armada mise en place par l’expérimenté et réputé Xavier PEMEJA :

La première ligne sera formé de l’ex-albigeois Max CURIE, de l’excellent et chevronné Jonathan GARCIA venu de Vannes (Avant, il est passé par La Rochelle, Brive, Agen, Bourgoin…) et surtout de Jean-Philippe GENEVOIS arrivé de l’USAP (il a évolué avant, excusez du peu, à Bourgoin, Toulon et au BO !) en même temps que l’ouvreur formé au Stade Toulousain Mathieu BELIE. En seconde latte, le capitaine sud-af Conrad BASSON, qui est passé par Bourgoin et le LOU avant de poser ses valises dans la cité nivernaise la saison passée sera associé au rugueux samoan Senio TOLOFOA. La troisième ligne m’effraie personnellement avec un Gauthier GIBOUIN dont on connait le frère Florent, et qui est venu de Montauban après avoir été formé à Bègles, un numéro huit puissant et pénétrant qui nous avait fait des misères lors de son passage à Narbonne, l’international samoan Manaia SALAVEA, et celui que je considère comme le meilleur flanker de ProD2 ces deux dernières années, l’ex-albigeois Fred QUERCY. Ce paquet qui allie puissance et expérience s’annonce particulièrement dur à bouger.

Il ne faudrait toutefois pas penser que l’USON, c’est un mammouth à 16 pattes qui déblaie tout sur son passage et se repose sur ses buteurs Mathieu BELIE et Loïc LE GALL, venu d’Albi, lui aussi. Même privé du tonitruant centre canadien Conor TRAINOR, blessé la saison passée à Vannes en en fin de convalescence, du monstre Nasoni NAQIRI KUNAVORE qui faisait avancer l’attaque d’Albi les saisons passées et de l’ex-biarrot, columérin et angoumoisin Ilikena BOLAKORO, la ligne de trois quarts avec François HERRY et Rudy DERRIEUX, l’ex-albigeois Lucas BLANC et le très controversé Josaia RAISUQE est tout à fait apte à embraser la pelouse de Maurice Boyau. Ajoutez qu’il ne faudra pas faire n’importe quoi aux yeux de l’arbitre, sinon Mathieu BELIE et Loic LE GALL se chargeront de nous punir.

Le début de saison des Nivernais est comptablement mitigé : 2 victoires à la maison face à Vannes (24-21) et Massy (32-3) pour trois défaites à l’extérieur, sèches à Angoulême (5-27) pour l’inauguration de la saison, à Perpignan, où l’USON a tenu une heure (19-35) et à Aguilera (20-32). Mais ne nous y fions pas, le niveau de jeu proposé n’a en rien été une insulte à la division. L’USON envoie du jeu, sait être rugueuse. Alors le principal argument que l’USD aura à faire valoir ce soir, c’est son acquis commun, son expérience des joutes âpres, sa cohésion face à une équipe complètement chamboulée, qui présentera neuf recrues sur le terrain au coup d’envoi. Et même si ces recrues, on l’a vu, font montre d’un sacré vécu, la cohésion qui est en train de se faire et qui ne manquera pas de faire de cette équipe une équipe forte de la division n’est pas encore à son apogée.

L’USD ne voulait pas perdre à la maison cette saison, comme elle l’a malheureusement trop fait la saison dernière, et la défaite de la première journée n’est en rien une infamie quand on voit comme le FC Grenoble est allé gagner à Jean Dauger hier soir. Toutefois, dans la situation dans laquelle elle s’est collée depuis plusieurs saisons, avec une dynamique qui fait incontestablement penser à l’exact opposé de celle de l’USO Nevers, il ne faut pas perdre de temps, il ne faut pas lâcher un pouce de terrain dans l’âpre lutte pour ne pas quitter le rugby professionnel. Le dernier match à Massy a montré que l’USD pouvait se reposer sur une volonté collective, une envie de ne rien lâcher et une défense qui sont plus sa marque de fabrique qu’un jeu de ligne voulu ambitieux, mais qui reste balbutiant malgré quelques éclairs. Nicolas CACHET devra retrouver la précision qui l’a fuit la semaine passée. On peut faire confiance au garçon. Mais si l’équipe n’arrive pas à se transcender, lâche mentalement comme à Bayonne il y a deux semaines ou prend le promu de haut, la punition et la désillusion seront au rendez-vous.
Ce soir, ce ne devrait pas être une partie de plaisir, quoiqu’avec nos gars, on ne peut jurer de rien, mais mon dieu !, que ce visiteur impose le respect.

Bonne soirée, bon match, allez les Rouges et Blancs !

0 MIN

debut premiere mi-temps

debut premiere mi-temps

7 MIN

penalite Nicolas CACHET (US Dax)

penalite

9 MIN

penalite Equipe Adverse (USO Nevers)

penalite

14 MIN

penalite Nicolas CACHET (US Dax)

penalite

22 MIN

penalite Nicolas CACHET (US Dax)

penalite

27 MIN

essai Maxime DELONCA (US Dax)

essai

28 MIN

transformation Nicolas CACHET (US Dax)

transformation

32 MIN

penalite Nicolas CACHET (US Dax)

penalite

40 MIN

fin premiere mi-temps

fin premiere mi-temps

40 MIN

debut deuxieme mi-temps

debut deuxieme mi-temps

42 MIN

essai Billy ROPIHA (US Dax)

essai

47 MIN

essai Equipe Adverse (USO Nevers)

essai

54 MIN

penalite Equipe Adverse (USO Nevers)

penalite

61 MIN

carton jaune Arnaud PIC (US Dax)

carton jaune

80 MIN

fin deuxieme mi-temps

fin deuxieme mi-temps
US Dax

US Dax

USO Nevers

USO Nevers

Asa FAITOTOA

Maxime DELONCA

Paea FA'ANUNU

Joseph TUINEAU

Vickus LIEBENBERG

Albain MERON

Filimo TAOFIFENUA

Aisea KOLIAVU

Arnaud PIC

Nicolas CACHET

Julien DECHAVANNE

Billy ROPIHA

Olivier KLEMENCZAK

Sakiusa BUREITAKIYACA

Pierre JUSTES

REMPLACANTS

Cyriel BLANCHARD

Romain DAVID

Pierre MAURENS

Pierre HUGUET

Thibaut LESPARRE

Esava DELAI

Felipe BERCHESI

Thibaud DREAN

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
 
16
17
18
19
20
21
22
23

53 MIN

Romain DAVID (Entrant)

Asa FAITOTOA (Sortant)

US Dax

56 MIN

Pierre HUGUET (Entrant)

Aisea KOLIAVU (Sortant)

US Dax

58 MIN

Thibaud DREAN (Entrant)

Paea FA'ANUNU (Sortant)

US Dax

64 MIN

Pierre MAURENS (Entrant)

Joseph TUINEAU (Sortant)

US Dax

64 MIN

Esava DELAI (Entrant)

Julien DECHAVANNE (Sortant)

US Dax

66 MIN

Cyriel BLANCHARD (Entrant)

Maxime DELONCA (Sortant)

US Dax

67 MIN

Paea FA'ANUNU (Entrant)

Thibaud DREAN (Sortant)

US Dax

69 MIN

Felipe BERCHESI (Entrant)

Billy ROPIHA (Sortant)

US Dax

76 MIN

Thibaut LESPARRE (Entrant)

Albain MERON (Sortant)

US Dax

En direct du twitter officiel

Allezdax.com © 2020

Search