MEDIAS ET USD

03 Déc 2022 08:26 #127825 par PierDax
Plus d'infos
Info du Club aux abonnés


ABO CLUB - Soirée Abonnés #2
­
Cher(e) Abonné(e),



Second évènement de la saison vous étant réservé , le mardi 13 décembre à 18h à la buvette du Stade Maurice Boyau !



Notre coach des avants Hervé Durquety reviendra sur la phase aller des matchs de l'U.S.DAX Rugby Landes ! Un cadeau offert par notre partenaire DAXATOU vous sera remis !



La carte abonné 2022/2023 sera demandée à l'entrée de l'évènement !



On compte sur vous !

­
­

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

03 Déc 2022 10:51 #127828 par marcos
Plus d'infos
Initialement prévue le 8 décembre, cette soirée ABOCLUB a été judicieusement repoussée au 13 décembre puisque le bloc n°3 et fin de la phase aller se terminera avec le match Dax/Narbonne du 10 décembre.

Cette 2ème soirée, c'est donc l'entraîneur des avants Durquety qui présentera l'analyse : une forme d'harmonie et de solidarité dans le travail accompli par le staff.

ALLEZ DAX !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

05 Déc 2022 11:07 #127854 par francis
Plus d'infos



Rugby/Nationale : l’US Dax arrache la victoire à Tarbes dans les cinq dernières minutes et creuse l’écart
Par Olivier Fayard
Publié le 04/12/2022 à 11h08
Mis à jour le 04/12/2022 à 11h15

Les rouge et blanc ont signé un quatrième succès de rang ce samedi 3 décembre (9-13). Un bon coup qui repousse son adversaire, premier non-qualifié, à 19 points, d’autant que son dauphin, Valence/Romans, s’est incliné. L’USD prend trois longueurs d’avance
Il a mis beaucoup temps à regagner son vestiaire en liesse, Hugo Fourquet, congratulé par la colonie de supporters rouge et blanc. Aussi par sa famille et ses amis des Hautes-Pyrénées, venus à Tarbes pour soutenir l’enfant du pays. Car, en inscrivant son premier essai de la saison, le centre landais, passé par l’école de rugby du Stado, offrait la délivrance aux siens (75e), au terme d’un duel âprement disputé (9-13) : « Mon essai, c’est surtout un travail d’équipe, qui concrétise le travail des mecs sur les zones de ruck. Ça a été un très gros match mais on a réussi à renverser la vapeur en fin de rencontre car on n’a jamais baissé les bras. On a fait les choses ensemble. »

Une solidarité que le groupe dacquois a affichée tout du long face à de solides Tarbais, invaincus chez eux mais que les Dacquois ont maintenu dans le match. Car si Berchesi offrait d’entrée les premiers points aux siens (0-3, 6e), Dax laissait les points au pied pour perdre la deuxième pénaltouche jouée (15e). Le Stado réagissait et la sanction tombait par le pied de son ouvreur, suite à un placage haut du talonneur Levi (3-3, 25e)

Un siège méthodique de la ligne
Dans un duel serré, les Landais ne parvenaient ensuite pas à bonifier leurs temps forts, en laissant des points sur deux échecs de Berchesi (30e, 33e) et contrariés par du jeu au pied en hauteur, ils se mettaient à la faute. Fuertès faisait virer les siens en tête (6-3, 38e). Sous l’impulsion de Ferreira, Dax redémarrait fort mais se montrait encore maladroit dans la finition, comme sur cette percée de Marta qui oubliait le soutien de Gatelier (43e).
La réaction tarbaise ne se faisait pas attendre, sur groupé pénétrant où Berchesi récoltait un jaune (46e), puis sur pénaltouche à cinq mètres. Mais Aletti, en bon capitaine, repoussait le danger en gagnant la touche. Dans le dur, les Dacquois étaient pénalisés sur mêlée et sanctionnés par trois nouveaux points tarbais (9-3, 54e).

Alors que les locaux maîtrisaient la possession, le coaching redonnait du souffle à l’USD. Si Cerisier échouait face aux barres (62e), une percée de Gatelier sonnait la révolte. En faisant un siège méthodique de la ligne tarbaise et malgré une défense héroïque, Dax envoyait Fourquet à l’essai, transformé par Cerisier (9-10, 75e).
Résistants à l’énorme pression tarbaise, les hommes de Jeff Dubois scellaient le score sur une pénalité à la sirène (9-13, 80e), symbole d’un groupe qui n’a jamais rien lâché pour signer un quatrième succès de rang, et qui profite de la défaite de Valence/Romans pour passer seul en tête. Cerise sur le gâteau.
Réactions
Benoît August (directeur général de Dax) : « On a fait un gros match car on sait aussi ce que vaut cette équipe de Tarbes, avec un gros mental et qui était invaincue à domicile. Mais on a montré une grosse solidarité et une grande maîtrise malgré des temps faibles assez importants. On vient arracher cette victoire et il faut souligner l’engagement des joueurs, qui se sont donnés jusqu’au bout. Car ce qui fait aussi la force de ce groupe, c’est qu’il ne lâche rien malgré un score qui n’est pas acquis et jusqu’à la fin, les garçons se sont battus. Un grand coup de chapeau à eux. On passe seul en tête (victoire de Bourg-en-Bresse devant Valence-Romans, 11-10, NDLR), évidemment que c’est bien même si ça ne fait pas partie de l’objectif, qui est de nous qualifier dans les 6. Maintenant, il vaut mieux être à notre place que plus loin, c’est sûr. »
Jean-Frédéric Dubois (manager de Dax) : « Je suis très satisfait du résultat et de créer l’exploit chez des Tarbais invaincus même si dans le contenu, vu les conditions, ce n’est pas le plus grand match qu’on ait fait de la saison. On a fait une performance car face à une très belle équipe, c’était un défi. C’était un gros challenge de prendre des points ici, on l’a réalisé et je suis très heureux pour ce groupe qui bosse bien et qui le mérite. Dans cette division très homogène, toutes les équipes se tiennent et on savait que ça allait être difficile. On a répondu dans l’engagement, dans le défi physique et devant aussi. Ça se joue à pas grand-chose. On est en tête, c’est presque inespéré et ce n’est pas un objectif. Nous, on essaie de construire, avec l’effectif que l’on a, on avance petit à petit et on se posera les bonnes questions après. On n’est pas à la fin des matchs aller, la saison est encore longue. »
La fiche technique
Tarbes 9 US Dax 13
Lieu Tarbes. Arbitre : Ludovic Sacarot (Nouvelle-Aquitaine). Mi-temps : 6-3. Evolution du score : 0-3, 3-3, 6-3, (MT), 9-3, 9-10, 9-13.
Tarbes : 3 pénalités Fuertes (25e, 38e, 55e).
L’équipe : Trotta (Alofa, 53e) - Oltmann, Belair, Vakacegu, Duffau - (o) Fuertès, (m) Lhusero - Leshkasheli (Massyn, 51e), Coustalat, Ricart (Bousquet, 65e) - Seuvou (Estaque, 76e), Bousquet (Sajous, 51e) - Tchitchiashvili (Filomeno, 48e), Lamothe (Combier, 65e), Palisse (Erasmus, 48e).
Carton jaune : Lhusero (61e).
Dax : 1 essai Fourquet (75e) ; 1 transformation Cerisier ; 2 pénalités Berchesi (6e), Cerisier (80e).
L’équipe : Gatelier - Bouche, Reteau (Duprat, 74e), Fourquet, Marta - (o) Berchesi (Cerisier, 59e), (m) Ayestaran (Garrouteigt, 59e) - Doucouré (Gaune, 59e), Ferrer, Aletti (cap.) - Luamanu, Loiret - Ferreira (Dréan, 55e), Levi (Barrère, 56e), Mary (Faitotoa, 55e).
Carton jaune : Berchesi (46e)
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: bruno
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

06 Déc 2022 20:50 #127861 par dax19
Plus d'infos
Sur Tarbes-infos.com :

Les vestiaires après Dax

Du côté dacquois

Musique à fond dans les vestiaires avec des joueurs qui se congratulent, des dirigeants à grands sourires dans le couloir, la joie est immense du côté dacquois. C’est non seulement une cinquième victoire en déplacement, la dixième sur douze rencontres, qui assurent la première place mais c’est aussi une victoire à Tarbes, chez leur bête noire. Même Benoit August, ancien talonneur de haut niveau, avoue qu’il n’avait jamais gagné à Trélut en tant que joueur ou que Président.

Hervé Durquety : On a une équipe de copains qui est en confiance

L’entraîneur est heureux du dénouement qui a mis du temps à se dessiner, dans des conditions difficiles. « C’est un match d’hiver, dans des conditions pas évidentes, mais ça reste un match de rugby, avec de l’engagement, contre une belle équipe de Tarbes qui s’est nourrie de nos erreurs en début de match. On a laissé tomber quelques ballons et ils ont su en profiter. Ensuite sur la seconde partie, car on joue en confiance et on n’a jamais douté, notre équipe est revenue tout à fait dans le match. On a réussi à mettre en place des choses. On a fait quelques changements qui nous ont permis de passer devant au score. On a une action, un deux contre un, où on doit marquer, qu’on a galvaudé. On défend deux fois notre ligne sur des décisions arbitrales mais il y a eu des erreurs deux côtés et ça équilibre. Mais on a une équipe qui est très en confiance, qui prend le score et qui gagne. » Hervé Durquety, explique la réussite des Dacquois qu’on n’attendait pas à ce niveau à cause d’un effectif limité quantitativement. « Jeff Dubois a mis en place, un staff où on est des copains avant tout et ça transpire sur les joueurs. On a des joueurs qui sont tous très copains, un staff qui est très copain. Ce qui ne veut pas dire qu’on va gagner tous les matchs, ce n’est pas vrai, mais par contre, les choses se font plus facilement dans une ambiance collégiale, mais très travailleuse. On est très copain à côté et on ne se met pas la pression. On savoure les moments qui arrivent comme maintenant et on est capable de se remettre en question dès lundi matin pour repartir au travail et préparer le match qui arrive contre Narbonne. »
Benoit August : On s’est battu jusqu’à la fin pour l’emporter

Pour une fois le Président dacquois est tout sourire dans le couloir des vestiaires, contrairement aux deux dernières années « On a fait un gros match contre une belle équipe de Tarbes dont on connait toutes les valeurs et qui a un gros mental. On savait qu’ils avaient envie de se racheter de leur défaite à Romans mais on a montré une grosse solidarité dans nos temps faibles assez importants. La force du Groupe, cette année, c’est qu’il ne lâche rien et on s’est battu jusqu’à la fin pour l’emporter. » Malgré l’euphorie, Benoit August, écarte l’idée de montée. « La montée ne fait pas partie de nos objectifs cette année. Sans faire de langue de bois, notre objectif cette année c’est de disputer les Phases Finales.

Jeff Dubois : C’est une très belle performance

Les Dacquois, malgré leur première place et leur victoire à Valence-Romans, craignaient Tarbes qui est un peu leur bête noire. « On est très content d’avoir battu cette équipe tarbaise qui était invaincue à Trélut. C’est une très belle performance avec les conditions qu’il y avait aussi. Les conditions sont pour les deux équipes bien sûr mais c’était un gros challenge de venir faire un résultat ici. C’était un joli défi, contre une très, très, belle équipe, de prendre des points. On l’a réalisé et je suis très heureux pour le Groupe qui bosse bien et qui le mérite. » Jeff Dubois, qui craignait ce match comme la peste, reconnait que la pièce est tombée du côté de son équipe. « On s’attendait, du fait, qu’ils avaient perdu à Valence-Romans, qu’ils allaient avoir une réaction. On a répondu, c’est le plus important, dans l’engagement, dans le défi physique devant. Après, ça se joue à pas grand-chose. On marque un essai à la fin mais ce genre de match avec ses conditions, ça se joue à pas grand-chose à chaque fois. » Une victoire qui permet à Dax, qu’on n’attendait pas en si belle posture, de prendre la première place et d’endosser le costume de favori pour la montée. « C’est presque inespéré parce que ce n’est pas un objectif. On essaie de construire cette année, avec l’effectif qu’on a et on avance petit à petit. Pour le moment la saison est encore très longue et on n’est même pas à la fin des matchs Aller. » L’ancien ouvreur international, pensionnaire de Pro D2 et de Top 14, découvre et apprécie la Nationale. « Cette Division est très homogène, il y a des qualités dans toutes les équipes. J’apprends à connaître ce Championnat qui est très homogène. Franchement, il n’y a aucun match facile. Même avec les clubs qui sont en bas, il faut toujours se remettre en question. Ce qui n’est pas facile et que j’essaye d’inculquer à chaque fois aux joueurs. Je pense qu’il y a encore un cap avec la Pro D2, si on voit Soyaux-Angoulême et Massy, qui a dominé la Nationale. Plus on monte de niveau, plus il y a de la vitesse et c’est un peu plus propre dans les zones de rucks. L’arbitrage n’est pas facile sans la vidéo, même si depuis peu, l’arbitre est relié avec les arbitres de touche. Mais je pense qu’il va falloir en venir à la vidéo. »
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: francis

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

11 Déc 2022 09:46 #127889 par francis
Plus d'infos
Nationale 1. Contre Narbonne, l’US Dax onforte sa position de leader
Par Laurent Travini
Publié le 10/12/2022 à 21h33
Mis à jour le 10/12/2022 à 21h34

Empruntés en première mi-temps, les Dacquois ont déroulé au retour des vestiaires et signent une victoire en patrons (46-6) face à Narbonne


Décidément, la place de leader n’est pas toujours simple à assumer. Pour Dax, ce statut de numéro un est une satisfaction, mais aussi une responsabilité. Le score final, sans appel et bonifié, contre l’effectif narbonnais, ne laisse pas de doute sur leur capacité à être au rendez-vous. Pour autant, chaque sortie est attendue et mise à mal par la volonté de leurs adversaires de défier un cador de la poule. Narbonne, récent vainqueur à Hyères Carqueiranne, a donné du fil à retordre aux protégés de Jeff Dubois. Les Dacquois, un peu moins précis que d’habitude, ont commis des fautes de mains et ont manqué d’engagement. Bien contrés par des Narbonnais incisifs, ils ont dû redoubler d’effort pour contenir l’énergie des visiteurs. Mais même empruntés, les hommes de Jean-Frédéric Dubois ont trouvé le chemin des poteaux et pris le score grâce à une nouvelle fulgurance de Rodrigo Marta, replacé au centre et auteur d’un élégant slalom et d’un essai entre les perches (10-3, 19e). Le score à la mi-temps reflète une première partie de match, somme toute assez terne.
Des consignes et des changements bénéfiques
Dès le retour des vestiaires, les Dacquois ont su remobiliser. Comme le confirme le manager : « En première mi-temps, on a manqué d’engagement et de combat, je trouve que parfois on a joué à la baballe, on a joué pour jouer. On savait que Narbonne allait s’accrocher. Le recadrage à la mi-temps et les rentrées ont fait du bien. On a mis du rythme et la deuxième mi-temps a été beaucoup, beaucoup plus satisfaisante ! » En effet, après un essai de pénalité à la 46e, l’US Dax a marqué la bagatelle de quatre autres essais, concluant des actions d’envergures, pleines de dynamisme et libérées du poids de l’attente d’un public redevenu exigeant. Au cours de cette deuxième mi-temps, les Landais ont joué pleinement leur jeu et terminent la phase aller seuls en tête. « Ce soir on est premier, c’est top. Ce groupe vit bien, il bosse bien et a envie de bosser. Il nous reste un gros match à Bourg-en-Bresse avant de fêter Noël », conclut Jean-Frédéric Dubois.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: dax19

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

11 Déc 2022 18:07 - 11 Déc 2022 18:09 #127892 par francis
Plus d'infos



Rugby/Nationale : pour le leader l’US Dax, « cette osmose est le fruit d’une rencontre 
Par Laurent Travini
Publié le 11/12/2022 à 11h24
Mis à jour le 11/12/2022 à 11h26

Leader surprise à l’issue de la phase aller, grâce à sa victoire bonifiée contre Narbonne (45-6) samedi 10 décembre, la onzième en 13 matchs, l’US Dax aborde les fêtes avec joie. Restera à bien finir l’année à Bourg-en-Bresse (2e), vendredi 16 décembre (19 h 30)
Toute réaction chimique est le fruit d’une action réciproque entre des éléments physiques. Le produit de cette réaction en est le résultat. On pourrait appliquer cette définition à la métamorphose de cette équipe de Dax. La place de leader, à l’issue de la phase aller, appuyée par onze victoires sur treize matchs joués, est le produit d’une rencontre. La large victoire bonifiée de samedi (45-6) contre Narbonne, alors huitième, en est une preuve supplémentaire.

Même bousculée et empruntée en première mi-temps, cette équipe dacquoise ne doute pas et distille une joie simple, visible et exaltante. Comme le confie l’ouvreur Hugo Cerisier, un des artisans de ce bon début de saison et du réveil de son équipe en deuxième mi-temps contre Narbonne. « C’est clair qu’on ne vit pas la même saison que l’année dernière. Les coachs nous font confiance et cela depuis le premier stage de cet été. Nous avons construit une vraie âme de groupe. La bonne deuxième mi-temps est le fruit d’un recadrage précis et bienveillant du staff, de l’apport du banc. Mais elle est aussi le fruit du travail entamé au cours du premier acte, contre cette belle équipe de Narbonne.
L’alchimie opère
Effectivement, le premier acte a paru un peu terne au regard du second. Mais comme toute réaction chimique, il faut parfois laisser du temps pour que l’alchimie opère. Sur un temps court comme ce match de samedi ou le temps long de ce début de saison, le groupe dacquois profite de la solidité de cette nouvelle équation. En observant cette équipe dacquoise, on relève une nette capacité à focaliser les objectifs, à absorber la pression et à créer de la performance avec enthousiasme.
« Je crois pouvoir dire que ce début de saison réussi est le fruit d’une rencontre. Celle née des aspirations et du potentiel d’un groupe de joueurs volontaires et de la personnalité et des convictions d’un staff avec qui le courant passe », confie l’ouvreur de 24 ans, auteur, avec son compère de la charnière Simon Garrouteigt, d’une entrée remarquée, d’un essai plein de conviction et de tous les points qu’il a eu à tenter (4/4).
La phase aller se termine de la plus belle des manières, avec un groupe soudé et plutôt épargné par les blessures. Là aussi, le fruit d’une symbiose sportive, humaine, physique et mentale.

Réaction
Rodrigo Marta (centre de l’US Dax) : « On a manqué de structure et d’agressivité en première mi-temps. Les consignes du coach et l’apport du banc ont permis de transformer le match en deuxième mi-temps. Pour ma part, finir premier à la fin des matchs aller avec cette équipe et ce groupe me procure beaucoup de joie. C’est ma première année en France. Je m’amuse toute la semaine avec ce groupe et j’apprends plein de choses. Ces derniers mois, je vis un rêve. J’ai la chance de connaître cette réussite ici à Dax et d’avoir vécu un moment magique avec la qualification du Portugal pour le mondial, il y a un mois. Finir l’année comme ça, c’est juste parfait. »
Pièces jointes :
Dernière édition: 11 Déc 2022 18:09 par francis.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

18 Déc 2022 11:58 #127939 par dax19
Plus d'infos
Sur le site du Rugbynistere :

RUGBY. Facteur X du Portugal et meilleur marqueur de la Nationale, qui est la flèche Rodrigo Marta ?
Le Rugbynistère
News
Theo Fondacci Publié le 15 décembre 2022 à 17:45 - Mis à jour le 17 décembre 2022 à 14:17

Malgré nos efforts pour que cela n'arrive plus, si vous ne connaissez toujours pas Rodrigo Marta, facteur X du Portugal et meilleur marqueur de la Nationale, lisez ce qui suit.
Prélude : Mardi dernier, après une rude journée d’entraînements, c’est dans un français presque parfait que Rodrigo Marta nous a accordé un entretien téléphonique de plus d’une demi-heure. Poli, communicatif et ambitieux, l’ailier portugais de l’US Dax s’est confié sur son arrivée en France, son statut de meilleur marqueur de la Nationale, son parcours mais aussi, bien sûr, sa qualification avec Os Lobos pour la coupe du monde 2023, organisée dans l’Hexagone. Portrait.

Au vrai, sa signature n’avait pas fait grand bruit. Pourtant, au moment d’apprendre que l’US Dax avait engagé Rodrigo Marta, l’on se disait de notre côté que le club landais avait là recruté un potentiel facteur X. Quelques mois et une poignée de matchs plus tard, tous les suiveurs de la Nationale ont bien compris que la 3ᵉ division française avait bel et bien trouvé sa nouvelle star. En 9 matchs joués, l’ailier portugais a déjà pointé en but à 8 reprises. Surtout, sa capacité à breaker les défenses adverses et à faire de miettes un véritable festin détonnent plus que tout. À tel point que plus les rencontres passent, plus l’on jurerait que l’ancien de Belenenses n’a rien à faire en Nationale.

En Pro D2, comme son compère Raffaele Storti, 6 essais avec l’AS Béziers cette saison ? Pour être honnête, Marta n’aurait même rien à envier à plus de la moitié des ailiers du Top 14. Rapide, athlétique (1m84 pour 89kg) et gros puncheur, ce garçon a surtout une vraie propension pour sentir les coups et gagner ses duels. Mais sort-il vraiment de nulle part ? Pour ceux qui ne jetteraient un œil à l’équipe du Portugal pas plus souvent qu’ils ne regardent les matchs du CO un soir de France vs Angleterre en quart de finale du Mondial de football, sachez que le joueur de 23 ans culmine déjà à 19 essais en 26 sélections. Dans le championnat domestique lusitanien, les chiffres donnaient encore plus le tournis. "La saison dernière, j’ai marqué 17 essais en 19 matchs en club, nous explique-t-il. Quand l’opportunité de Dax est arrivée sur ma table, j’ai senti que c’était le moment d’aller me tester dans une meilleure équipe, face à de meilleurs joueurs, dans un meilleur championnat."

Meilleur marqueur de la Nationale
Le truc, c’est que le natif de Lisbonne survole (presque) autant la Nationale qu’il n’éclaboussait la première division portugaise. Pas plus tard que week-end dernier, encore, celui qui était titulaire en 13 pour l’occasion nous a fait une sacrée impression face à Narbonne. Souvent utilisé en premier attaquant, Marta a martyrisé la défense audoise toute l’après-midi, cassant un nombre incalculable de plaquages, ouvrant un paquet de brèches pour ses coéquipiers. Jusqu’à mériter son titre d’homme du match, à l’issue de la victoire des siens 45 à 6. "J’ai de la réussite et ça se passe plutôt bien pour moi, c’est vrai. Mais j’ai vraiment le sentiment que c’est grâce à mon équipe que ça se passe aussi bien. Mes coéquipiers me mettent dans de bonnes conditions pour faire valoir mes qualités au mieux. Peut-être que si j’avais signé ailleurs, je ne serais pas le meilleur marqueur de la Nationale…"
Soit. Mais si Dax caracole aujourd’hui en tête du championnat et vient même de terminer champion d’automne cette année, c’est bien sûr grâce à ses hommes d’expérience, à son paquet d’avants robuste, à la profondeur de son banc, mais aussi à sa pépite portugaise. Lui qui s'inscrit parfaitement dans le système de jeu tourné vers l'offensive prôné par les entraîneurs de l'USD. "Je me sens très bien à Dax. On m’a accueilli les bras ouverts et mon intégration s’est bien passée. Je joue dans une équipe ambitieuse, qui pratique un rugby alléchant et qui est première de sa division. Donc tout va pour le mieux pour moi ici."

Un avenir à la Gaël Dréan ou Gabin Villière ?
La France ? Une évidence pour celui qui a étudié au lycée français de Lisbonne durant toute sa scolarité. Et qui découvre à Dax une culture dont il avait déjà certains codes. "C’est une petite ville mais c’est sympa. Les gens sont gentils avec moi, je peux faire quelques balades avec mon chien et ma femme est avec moi ici. Et puis l’autre Portugais du groupe, le pilier Diogo Hasse Ferreira, m’aide beaucoup." Reste qu'une question demeure : bien que parfaitement installé à Dax, combien de temps le club landais parviendra-t-il à garder son meilleur marqueur ? Il se dit que certains clubs des échelons supérieurs auraient déjà fait comprendre au Portugais qu’il était le bienvenu chez eux dès la saison prochaine.

Clairement, notre objectif c’est la montée cette année. Vu notre effectif, notre forme du moment et notre classement, on ne se dit un peu que c’est le moment où jamais. Après, il y a d’autres très bonnes équipes en Nationale, mais nous sommes plutôt confiants et surtout heureux d’être sur le terrain sous ses couleurs. On prend beaucoup de plaisir à évoluer avec ce groupe.

Une montée en Pro D2 parviendrait-elle à le convaincre de rester dans les Landes ? Vous le savez aussi bien que nous, les prolongations de contrat n’ont que très rarement lieu au-delà du mois d’avril, au moment où la Nationale n’aura même pas encore attaqué ses phases finales. "Je parle régulièrement de mon avenir avec Jeff Dubois. Il sait que je me sens bien ici mais également que je dois réfléchir aux offres qui pourraient m’être faites. Alors, on en parle et il me conseille beaucoup. Dans une carrière, il faut également savoir faire des choix pour soi. J’espère donc qu’au moment venu, je ferai le meilleur choix pour moi." E tudo o que desejamos a você, Rodrigo.*
*C'est tout ce que l'on te souhaite, Rodrigo. En portugais.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: loub1, Pascale, francis, TCHOU40

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

19 Déc 2022 09:27 #127941 par francis
Plus d'infos
L’US Dax rugby leader de la Nationale : « On assiste à la force de la résilience d’un groupe
 Par Laurent Travini
Publié le 18/12/2022 à 13h18

Pas toujours au niveau et irrégulier la saison passée, l’USD renaît. Les rouge et blanc caracolent en tête du championnat cette saison, avec 12 victoires en 14 matchs. Comment analyser les raisons d’un tel succès ?Explications
 


« C’est la différence qui crée le sens. » Comme l’eau coule en présence d’une différence d’altitude, le sens du mouvement donné à la saison des Dacquois est le fruit d’une différence d’attitude. L’attitude est une posture, un état d’esprit, une incarnation visible de ce que l’on est ou voudrait être. Dans la vie, comme pour l’US Dax, rien n’est le fait du hasard

L’année dernière, l’US Dax a connu une saison complexe. Sans nul doute, le pas de retrait du manager Jack Isaac, resté longtemps sans réelles explications ni décisions palliatives, a créé un vide. Et la nature a horreur du vide. Comme le confirment le demi de mêlée Simon Garrouteigt et l’ouvreur Hugo Cerisier, au club depuis plusieurs années. « Le départ de Jack a créé un flottement. Il a fallu qu’on s’investisse, aux côtés des coachs », lance Simon Garrouteigt.
Carence de leadership
Sentiment partagé par son compère de la charnière. « Je crois qu’on a eu du mal à maintenir un cadre. Peut-être que le leadership d’un chef a manqué pour donner du sens à cette saison. »

Premier constat, la nomination d’un staff, mais surtout d’un chef clairement identifié, porteur d’un projet de jeu, de club, mais aussi de vie, en la personne de Jean-Frédéric Dubois a changé la donne. « En voyant quelques matchs, j’ai senti qu’il y avait du potentiel, mais que l’équipe manquait de confiance », lance l’ancien coach des arrières du XV de France. Son adjoint Hervé Durquety confirme : « Sur les matchs que j’ai vus, on avait la sensation d’un groupe en souffrance, en sommeil. 
Pour le manager, le premier chantier a donc été de redonner de la confiance à un groupe abîmé mais revanchard, en fixant un cadre de jeu, mais aussi de vie. « Avec Hervé Durquety, Marc Dal Maso et Christophe Damien, j’ai tenu à organiser les choses autour des joueurs. J’ai insisté sur l’état d’esprit, modifié l’organisation de la semaine d’entraînement, demandé au quotidien de créer des moments conviviaux grâce à la formidable équipe de bénévoles. J’ai aussi œuvré pour un suivi plus précis du médical. »

Donner de la confiance
Dès le stage de début de saison, l’apport des nouveaux joueurs, l’envie des anciens de vivre une saison pleine et l’adhésion au projet de jeu ont créé un formidable rendez-vous. « On avait envie de bien faire. Le discours et les actes nous ont permis de très vite créer de la cohésion. On vit mieux ensemble et on a envie de vivre plus de choses ensemble », lance le demi de mêlée, rayonnant cette saison.
« Les frustrations de l’an dernier ont été une source de motivation, ajoutée à l’énergie créée par le nouveau staff et les nouveaux joueurs », résume Hugo Cerisier, symbole de la métamorphose et de la confiance retrouvée de tout un groupe. La vision claire d’un manager, une ambition assumée, la gestion d’une bonne préparation physique et d’un groupe, l’importance de l’état d’esprit et l’envie de jouer en confiance sont des points qui, mis bout à bout, engendrent de grandes choses.

Une somme de petites choses qui en contiennent chacune des grandes. « Dès le premier match à domicile, on a senti ce changement. Les victoires à l’extérieur confirment que ce n’est pas une saison comme une autre. Sans se prendre la tête, on va regarder notre objectif avec humilité. C’est un groupe qui travaille et qui demande à travailler. On s’adapte à cela, nous aussi. L’ambition, ce n’est pas de dire ce qu’on aimerait qu’il se passe. L’ambition, c’est de le faire. Cette force, elle appartient au groupe. Dans le bus retour de Bourg-en-Bresse, je me suis dit que ces joueurs étaient en mission. »


Celle du manager est maintenant de convaincre les dirigeants de se mettre sur le même tempo que le sportif pour être au rendez-vous de leurs ambitions
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: TCHOU40

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

23 Déc 2022 22:29 #127949 par dax19
Plus d'infos
Midi Olympique 23/12/22

Dax, incontestable leader grâce à une confiance contagieuse…
3 min • Laurent Travini

Après une saison dernière douloureuse, les landais s’offrent un parcours impressionnant et peuvent entrevoir un destin inespéré…

L
e rugby est un sport collectif à part entière. Un sport dans lequel les liens entre les individus rendent les choses possibles. Les raisons de la réussite d’un groupe ne sont jamais le fruit du hasard. La saison dernière, les résultats de l’US Dax n’ont pas été à la hauteur des ambitions. Comme raison à cela, on peut citer le départ précoce de leur manager, Jack Isaac, resté sans solution palliative. « On a vécu une année difficile. Notre manager s’est retiré très tôt. Nous avons dû nous mobiliser, mais cela ne nous a pas permis de travailler dans la continuité », précise le capitaine Arnaud Aletti. L’ouvreur Hugo Cerisier pointe les probables conséquences de l’absence d’un chef « le départ de Jack a créé un flottement. Je pense que la place laissée vacante n’a pas aidé à structurer le collectif ».Pour son compère de la charnière, Simon Garrouteigt « la carence du leadership d’un chef n’a pas aidé à donner un sens à cette saison… »

Carence de Leadership

La nature a horreur du vide et dans une aventure humaine collective, ce vide laisse souvent la place aux doutes. Pour être en confiance, un individu a besoin d’être entouré, rassuré et guidé. Plutôt compétitifs à domicile l’an dernier, les Landais n’ont jamais été capables d’exister à l’extérieur. En rugby, ce paramètre est souvent un marqueur de l’état de santé d’un groupe. L’intersaison a vu l’arrivée d’un nouveau président, Philippe Jacquemain. Sur les cendres d’une saison décevante, le président a confié les clés du sportif à Jean-Frédéric Dubois. Associé à Hervé Durquety et Marc Dal Maso devant et Christophe Damien pour la préparation physique, l’ancien adjoint de Guy Novès et de Yannick Bru, a relevé ce nouveau défi avec conviction. Conscient des forces de ce groupe en souffrance et plutôt inspiré dans le recrutement, Jeff a apporté sa patte sur le sportif mais surtout sur l’état d’esprit et l’environnement des joueurs.

Une formidable rencontre

Dès le stage de début de saison, on assiste à la rencontre entre les convictions d’un staff parfaitement équilibré et les aspirations d’un groupe de joueurs résilients et complété par des recrues investies. Le recrutement malin autour du talonneur Delonca, de l’arrivée convaincante d’espoirs en végétation comme Ausset (Toulouse), Duprat (Stade montois), Bouche et Fourquet (Bayonne) a complété les forces en présence. Il faut ajouter à ces noms, la pépite portugaise dénichée par Hervé Durquety ; l’ailier Rodrigo Marta, véritable phénomène de ce championnat de Nationale. Le staff, garant du cadre, distille de la confiance. Elle permet le renouveau des joueurs en souffrance, l’an dernier. Comme toutes les émotions humaines, la confiance est contagieuse. Cette confiance réciproque est puissante et elle se niche dans une somme de petites choses.

Des petites choses qui en génèrent des grandes

Dans un sport collectif comme le rugby, quand la force et la confiance d’un groupe sont en symbiose avec ceux qui les guident, tout devient possible. Fantasme de tous les entraîneurs, ces moments ne sont jamais dus au hasard. Dans ce type de situation de réussite, tout s’alimente. Pour ça, il a fallu que le manager Dubois impose un certain nombre de petites choses. La bonne préparation physique et la bonne gestion du groupe ont maintenu l’homogénéité et éloigné les blessures. Un travail affiné a été demandé à la cellule médicale, fraîchement renforcée par la bienveillance avertie de l’ancien talonneur Béthery, devenu kiné. La générosité des bénévoles dans les petits rendez-vous conviviaux du quotidien, demandés par le manager, force le respect et amplifie la cohésion… Il n’y a plus de place au vide et cela favorise la confiance, l’action… et le résultat. « On vit mieux ensemble et on a envie de vivre encore plus de choses ensemble », lâche un Hugo Cerisier éblouissant depuis cet été et symbole de ces joueurs métamorphosés. « On sait d’où on vient. Dès la première victoire à l’extérieur (à Nice 12-13) on a senti que la saison ne serait pas la même, qu’en gagnant ces matchs, qu’on perdait l’an dernier, le groupe allait devenir de plus en plus fort. On vit un rêve, mais on est conscient de ce que l’on vit… », confirme le capitaine Aletti. Le manager dacquois mesure la valeur et la portée du résultat de ces petites choses. Dans le bus retour de leur victoire de prestige à Bourg-en-Bresse (13-15), le chef d’orchestre landais s’est laissé traverser par une pensée peu commune dans un sport si dépendant de la complexité des hommes : « Ce groupe dégage une force incroyable. En les regardant être, je me suis dit que ces mecs étaient en mission… ! » Heureux de s’accorder un peu de repos pour Noël, le capitaine Aletti est impatient d’y retourner « ces moments sont rares dans une carrière et on a vite envie d’y retourner… Le champ des possibles est ouvert devant nous ! » La mission sportive est en avance sur les prévisions du club. Il va falloir aux dirigeants, l’énergie et le talent de mener la leur pour donner à ce groupe avide d’exploits, les moyens de vivre et de pérenniser ce rêve de montée…

Passez tous de très belles fêtes !
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: bruno, kekito, loub1, Pascale, francis, TCHOU40

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

11 Jan 2023 19:47 - 11 Jan 2023 19:48 #127987 par dax19
Plus d'infos
Samedi matin à 10h1 l'émission Rencontres à XV sur France 3 diffusera un reportage sur l'USD.
Dernière édition: 11 Jan 2023 19:48 par dax19.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

13 Jan 2023 23:06 #127992 par francis
Plus d'infos
Dans Sud-Ouest


Rugby/Nationale : pour le manager de Dax Jean-Frédéric Dubois, « il faut rester focalisé sur notre objectif »
Par Laurent Travini
Publié le 13/01/2023 à 16h04
Mis à jour le 13/01/2023 à 16h10
e manager peut s’appuyer sur les acquis de la première partie du championnat de l’USD, leader. Mais avant la réception de Nice, samedi 14 janvier (19 heures), il reste convaincu des efforts à fournir pour assumer ce nouveau statut
La fameuse trêve des confiseurs a permis aux Dacquois de profiter du moment présent et de prendre la mesure de cette position de leader de la Nationale. Il faut être capable de profiter des bons moments quand ils arrivent. Mais il faut savoir également rester conscient de la fragilité des choses. Le manager de l’USD, Jean-Frédéric Dubois, le confirme.

« Je pense qu’on a bien vécu cette trêve. Les joueurs peuvent être fiers de ce qu’ils ont accompli. On ne doit cette place de leader qu’à nous-mêmes. Pour autant, le temps passe vite et il nous faut maintenant nous projeter sur cette deuxième partie de saison, car ce type d’équilibre est fragile. Il faut faire confiance à nos adversaires pour mettre à l’épreuve notre confiance… » En politique, on dit souvent que « gouverner, c’est savoir prévoir ». Pour Dubois, en sport, « manager, c’est savoir anticiper… ». Car la gestion de cette deuxième partie de saison risque d’être délicate à plusieurs titres.

Challenge excitant
Sportivement d’abord, les Dacquois vont vivre une deuxième partie de championnat compliquée. Le calendrier des onze matchs qu’il reste à jouer le confirme : « Tous les matchs vont être difficiles. Nous allons recevoir six grosses équipes, mais aussi nous déplacer pour affronter des équipes qui lutteront pour le maintien ou un espoir de qualification. Les blocs de matchs vont être plus courts, avec des séries de deux ou trois matchs consécutifs. Cela veut dire que personne ne fera d’impasse… », confirme le technicien de l’USD.
« Nous avons préparé le match de Nice avec sérieux. Nous devons réenclencher la dynamique »
Mais le challenge est quand même excitant à relever : « Cela commence par la réception de Nice qui n’est pas, je pense, au niveau de son réel potentiel. Nous avons préparé ce match avec sérieux. Nous devons réenclencher la dynamique et rester focalisés sur l’objectif que nous nous sommes fixé. Être premier à Noël, c’est super, mais s’autoriser à penser de ramener un titre au club est une idée qui donne de l’énergie positive… »


Energie positive
Coté gestion de l’effectif et de l’avenir, le staff planche déjà sur la préparation de la saison prochaine, quelle qu’en soit l’issue. « Monter serait une expérience folle. Mais il faut se rappeler que le club a élaboré un projet sur cinq ans. Le maintien en Nationale ne serait pas un échec, car il permettrait au club de consolider le travail qu’il est en train de mettre en œuvre pour répondre aux exigences sportives… de ses ambitions ! » explique Dubois.
« Nous nous donnons comme objectif de voir tous les joueurs avant fin février, reprend le manager de l’USD. Il nous faut valoriser et consolider l’ossature de ce groupe. Les performances de l’équipe ont mis en valeur certains joueurs, mais cela va aussi donner envie à d’autres de nous rejoindre, surtout dans une année particulière de Coupe du monde au niveau du marché des transferts… » Sportivement l’US Dax redevient attractive et ambitieuse. Commercialement, il faut espérer qu’elle le redevienne aussi. C’est en tout cas tous les vœux que formulent les amoureux du club de la cité thermale.

Le match
Pour le premier match de l’année, l’US Dax (1re) reçoit Nice (9e), l’une des grosses écuries annoncées de ce championnat, mais pas encore au niveau du potentiel qui est le sien. Avant sa dernière défaite à domicile contre Narbonne (26-33), Nice restait sur une série de quatre victoires consécutives. Les Dacquois vont devoir se méfier de l’appétit de revanche des Azuréens s’ils veulent garder leur dynamique, rester conquérants et, surtout, invaincus à domicile…

La fiche
Dax (1er/58 pts) - Nice (9e/36 pts)
Lieu : Dax (stade Maurice-Boyau). Horaire : Samedi 14 janvier, 19 heures. Arbitre : M. Caballero (Nouvelle-Aquitaine).
Dax : Duprat - Gatelier, Reteau, Bolakoro, Marta - (o) Cerisier, (m) Garrouteigt – Ausset, Ferrer, Aletti (cap.) – Luamanu, Bidau - Dréan, Delonca, Faitotoa.
Remplaçants : Levi, Mary, Gaune, Trémeau, Ayestaran, Berchesi, Fourquet, Ferreira.
Les absents : Loiret (cuisse), Doucouré (adducteurs), Pilati (tendon d’Achille), Mchedlidze (genou).

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

14 Jan 2023 16:18 #127997 par LE CHANGEMENT C EST MAINTENANT
  • LE CHANGEMENT C EST MAINTENANT
  • Portrait de LE CHANGEMENT C EST MAINTENANT
  • Hors Ligne
  • Nouveau membre
  • Nouveau membre
Plus d'infos
Bonjour à tous, article intéressant dans le sud ouest...

US Dax : « Nous n’imaginions pas une dynamique aussi rapide », sourient les dirigeants

De gauche à droite : le directeur général Benoît August, le président Philippe Jacquemain et Alain Pecastaing, membre du conseil d’administration. ©️ Crédit photo : Isabelle Louvier/ « Sud Ouest »

Par Recueilli par Timothée Zappi - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Publié le 14/01/2023 à 9h26

Philippe Jacquemain, président de l’US Dax, Benoît August, directeur général, et Alain Pecastaing, membre du conseil d’administration, font un état des lieux des finances et structures du club, premier de Nationale, dans l’optique d’une montée en Pro D2

L’entame de saison est formidable. Qu’est-ce qui a changé par rapport à l’an dernier ?

Philippe Jacquemain : Nous avons eu une saison très compliquée par le départ du coach Jack Isaac pour problèmes personnels. Nous avons dû faire sans lui, et sans le remplacer car il était trop tard et que nous n’avions pas de solutions. Benoît August : Nous avons été pris de court par la situation, très complexe au niveau contractuel et personnel. Plusieurs phénomènes nous ont empêchés de prendre une décision radicale. Nous avons forcément tiré les conclusions de ce qui s’était passé. Il a fallu que les dirigeants que nous sommes prennent des décisions pour « assainir » le groupe. Le choix s’est porté sur Jeff Dubois non seulement car c’est un entraîneur de qualité mais aussi quelqu’un du club, qui a une philosophie de jeu qui nous correspond. Force est de constater que pour l’instant, ça marche.

Jean-Frédéric Dubois semble avoir un rôle qui dépasse largement le sportif. Qu’en est-il ?

B.A. : Jeff est venu en discussion avec son président en disant qu’il aurait aussi un droit de regard sur les jeunes et la formation. Il a fait des réunions avec les éducateurs pour développer son style de jeu, etc. Il est en relation constante avec moi au sujet de l’évolution du groupe, des structures, de l’institutionnel… Mais on ne peut pas réduire ça à une seule personne. Et puis un manager ne s’occupe de toute façon pas que de la composition du samedi.

Il a signé un contrat d’un an plus quatre en options. Qu’a-t-il demandé comme garanties ?

P.J. : Nous en parlions encore mercredi ensemble. Pour le moment, il n’y a aucun problème avec lui. Ce qu’il veut évidemment, c’est que le club progresse et continue à progresser. Et nous l’avons assuré que nous allions tout faire pour. B.A. : Le faire venir était une réussite, le conserver en sera la continuité. Nous sommes en discussion quasi quotidiennes pour l’année prochaine. Il est déjà impliqué sur le recrutement, le médical…

Son ancien coach principal, Yannick Bru, rejoindra l’UBB cet été. Il pourrait le suivre ?

B.A. : Nous ne pouvons pas répondre à sa place. C’est à lui qu’il faut poser la question…

SUR LE MÊME SUJET
Rugby/Nationale : pour le manager de Dax Jean-Frédéric Dubois, « il faut rester focalisé sur notre objectif »
Rugby/Nationale : pour le manager de Dax Jean-Frédéric Dubois, « il faut rester focalisé sur notre objectif »
Par le passé, des départs de coachs « providentiels », comme Marc Lièvremont ou Jérôme Daret, ont fait très mal au club. Il n’y a pas cette crainte avec Jeff Dubois ?

P.J. : Ce sont des départs qui ont fait mal. Celui de Dubois ferait mal aussi mais pour le moment, on croise les doigts. Il réside à Capbreton avec toute sa famille… Marc Dal Maso (consultant en mêlée, NDLR) est heureux comme un pape. Quant à Durquety, c’est Dubois lui-même qui nous a demandé de prolonger son contrat.

En août, vous annonciez un objectif de montée d’ici 2027. La dynamique vous a contraints à accélérer les choses ?

Les trois en chœur : Bien sûr ! Alain Pecastaing : Nous n’imaginions pas une dynamique aussi rapide. P.J. : Il a fallu accélérer. Compte tenu de notre position, nous sommes très surveillés par la Ligue. Ils nous ont fait savoir que si nous étions appelés à monter, nous aurions des contraintes administratives. B.A. : En janvier, il est demandé aux six ou sept premiers, potentiellement capables de jouer les phases finales, de remplir certains critères.

Quels sont ces critères ?

P.J. : Elles sont financières, sportives, structurelles… Le stade est par exemple aux normes mais il y aura des améliorations à faire. Nous discutons avec la mairie, avec qui les relations sont super. B.A. : Le terrain est homologué catégorie A depuis l’an dernier et pour dix ans, mais le stade doit par exemple subir deux-trois améliorations : un local antidopage attenant au vestiaire, une plateforme pour Canal, un lieu pour le point presse… C’est à la marge mais il y a quelques travaux à faire. A.P. : Il faut noter que nous ne sommes pas des novices en Pro D2. Si nous avons le plaisir d’y retourner, ce ne sera qu’un retour après un passage de quatre ans au purgatoire. Donc nous connaissons les normes et contraintes relatives à cet échelon. Nous n’allons rien découvrir comme aurait pu le faire un autre club.

SUR LE MÊME SUJET
Rugby/Pro D2 : sans briller, le Stade Montois tient sa revanche contre Massy
Rugby/Pro D2 : sans briller, le Stade Montois tient sa revanche contre Massy
Le budget actuel de l’US Dax est de 2,5 millions d’euros. Pour tenir en Pro D2, il en faut au moins 6. En cas de montée, un tel chiffre est-il atteignable ?

A.P. : Pas l’année prochaine. Si nous atteignons 5 millions de budget, ce sera déjà pas mal. B.A. : En cas de montée, le club touche 1,6 million de fonds de garantie par la Ligue pour les droits TV, la mise aux normes des stades, le fonds de solidarité, etc. Plus une prime de montée de 300 000 euros. P.J. : Certains nouveaux sponsors arrivent. Nous avons vu deux grosses entreprises cette semaine. Gifi, par exemple, n’était pas sponsor, j’ai appelé le patron, il nous a trouvé 15 000 euros. Pareil pour Afflelou, qui est au Grand Mail. Nous trouvons des solutions, et ce pour le club.

Reste qu’avec 5 millions d’euros en Pro D2, ce peut être très compliqué. Est-ce qu’une montée dès cette saison n’arriverait-elle pas trop tôt ?

A.P. : L’essence même du sport de compétition, c’est de jouer pour gagner. Pas un dirigeant au monde ne dirait à ses joueurs : « Il ne faut pas monter. » On ne peut jamais refuser une opportunité. C’est sûr que nous ne serons pas tout à fait prêts, nous le savons. Mais je peux vous dire que nous avons évolué cette année, sans même savoir que nous serions premiers à la trêve. En renforçant le centre de formation, l’équipe médicale, les structures, en imaginant une salle de réception, un centre de musculation… B.A. : Il est quand même vrai que sur notre feuille de route présentée en août, ce n’était pas prévu pour si tôt. Mais les résultats sportifs ont donné un coup de boost à tout le monde et nous ont poussés, nous dirigeants, à nous bouger. Une montée ne serait que bénéfique pour le club. Financièrement déjà. Et puis les modalités de descente vont changer. Il y aura une chance en plus de se maintenir. A.P. : Et inversement, c’est la dernière année avec deux montées directes. Il ne faut pas louper l’occasion si jamais elle s’offre à nous.

“Les résultats sportifs ont donné un coup de boost à tout le monde et nous ont poussés, nous dirigeants, à nous bouger”
Le recrutement progresse-t-il en vue de l’an prochain ?

P.J. : Il y a cinq ou six joueurs que Jeff surveille. Ce sont des joueurs qui, au niveau financier, seront assumables en Nationale ou en Pro D2. On cherche des jeunes, pas forcément déjà connus. B.A. : Au niveau du sportif, il n’y aura pas de révolution, quand bien même l’USD monterait. Il serait compliqué de dire aux garçons qui ont fait le club : « Maintenant il faut partir, on va en prendre d’autres. » Il y aura des renforts, des joueurs en plus, d’expérience, mais nous resterons sur une continuité sportive, voulue par Jeff Dubois d’ailleurs. A.P. : Si montée il y a, nous ferons peut-être l’effort sur un ou deux joueurs.

Il y a déjà eu des signatures ?

B.A. : Il y en a avec qui on discute (sourire). Mais ce n’est pas le moment d’annoncer quoi que ce soit. Nous allons d’abord faire savoir la suite à ceux qui sont chez nous plutôt que leur mettre des idées en tête et gâcher la fin de saison. Les prolongations sont en discussion aussi actuellement. Ça viendra sur la table fin février.

Pour revenir sur les sponsors, le club publie beaucoup d’annonces de nouveaux partenaires. Ils sont en augmentation ?

P.J. : Oui, nous en avons plus de 300. Si nous voulons pérenniser notre club, il faut aller chercher tout le monde. Cela passe par une multiplication des partenaires. Et on a demandé aux partenaires qui ne pouvaient pas mettre plus d’aller chercher de nouveaux partenaires. B.A. : Il y a aussi l’organisation d’événements, de séminaires, le travail sur la marque du club… A.P. : Le public, la billetterie. Une diversification qu’appliquent tous les clubs aujourd’hui.

Ce n’était pas le cas à l’USD ?

A.P. : On se laissait vivre, on était dans le confort. Il y a eu une prise de conscience qu’on était au bout d’un système. Il fallait en changer et adopter les règles qu’adoptent la plupart des clubs aujourd’hui pour créer de l’économie autour de nous. C’est encore plus vrai dans des villes moyennes comme Dax. Quand vous voyez la réussite d’un club comme l’Aviron Bayonnais, c’est ce qu’ils ont fait avec cinq ans d’avance sur nous, ou nous cinq de retard.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: loub1, dax19, francis, TCHOU40

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

14 Jan 2023 16:28 - 14 Jan 2023 16:30 #127998 par LE CHANGEMENT C EST MAINTENANT
  • LE CHANGEMENT C EST MAINTENANT
  • Portrait de LE CHANGEMENT C EST MAINTENANT
  • Hors Ligne
  • Nouveau membre
  • Nouveau membre
Plus d'infos
Si la situation sportive nous fait espérer, que penser de l'administratif et financier du club ?

C'est inquiétant vous ne trouvez pas ?

Dax a un petit budget... Merci aux argentiers Ponteins et maintenant Jacquemain. Où serions-nous ans eux ?

Mais au moment où le club peut envisager la remontée en vrai division professionnelle, ne doit-on pas s'inquiéter ? Nous mettre Monsieur Pé... sur chaque photo, le gars qui jadis avait dit NE PAS CROIRE AU PROFESSIONALISME ? LUI ET SES INDECROTTABLES POTES N'ONT CESSE DE PLOMBER LE CLUB ET LE FAIRE DESCENDRE ! LEUR BILAN ? DES PAROLES ET DES ECHECS !!!

Est-il raisonnable d'espérer faire du neuf avec du vieux ? Enfin de vieilles méthodes patriarcales je veux dire, celles qui n'ont RIEN apporté de moderne et professionnel au club ?

Le CA du club n'apporte rien de neuf, bref on s'apprête à retenter notre chance avec tous ceux qui nous ont mis dans la mouise ! Si rien ne change, on va encore se prendre le mur.

Je sais pas vous, mais moi ça m'inquiète. On a ce qui faut au niveau sportif : jeunes joueurs motivés, qques anciens costauds, staff du tonnerre ... on garde... mais le reste ?

Va-t-on garder au club AUGUST qui n'a rien changé en 4 ans... De belles paroles la 1ere année mais rien de structuré au club. C'est un échec avec un salaire de ministre !

Jacquemain, merci mais trop de ses potes en profitent !...

Les autres ? Des dinosaures comme au PS, inchangeables, indéboulonnables, vissés au fauteuil, quelles sont leurs idées, leur ouverture ? Quel changement dans les structures ? les méthodes ?

IL EST URGENT DE CHANGER SINON ON REPRODUIRA LES MÊMES ERREURS.

Ils parlent de l'AB mais regardez : changement d'Hommes, changement de méthode... UBB ? Pareil !

Ahhhh mais NOUS A DAX...
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: francis
Dernière édition: 14 Jan 2023 16:30 par LE CHANGEMENT C EST MAINTENANT.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

14 Jan 2023 16:37 #127999 par francis
Plus d'infos
Bienvenu " LE CHANGEMENT C EST MAINTENANT " B) :) :) :) :) :)

Quelque chose me dit qu'il va y avoir de l'animation sur le FORUM

Cella dit je suis d'accord sur ton analyse de l'article "S.O." sur la situation de l'USD en position pour une "enfin " montée en Prod2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

14 Jan 2023 21:31 - 14 Jan 2023 21:32 #128004 par dax19
Plus d'infos

Je ne sais pas si on peut joindre un lien sur ce forum mais pour ceux qui l'ont loupé, replay du reportage dans Rencontres à XV ce matin.
Dernière édition: 14 Jan 2023 21:32 par dax19.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

15 Jan 2023 16:43 #128015 par francis
Plus d'infos
Quand on relit l'interview de S.O. on devine assez vite qui a le plus d'ambition , on ne peut pas faire du neuf avec du vieux mais le président Jacquemain semble véritablement tourné vert l'avenir ; s'il veut réussir dans son entreprise de redonner du lustre à son club de cœur il doit s'entourer de gens qui marchent droit avec ses convictions et ne pas hésiter à faire preuve d'autorité et se séparer de ceux qui ne se situent pas dans le rugby du 21 siècles ou qui trainent les pieds.
Allez Dax !!!

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

15 Jan 2023 22:12 #128029 par francis
Plus d'infos
Dans Sud-Ouest


Rugby/US Dax : « Cette équipe apprend tout le temps et ne lâche rien »
Par Laurent Travini
Publié le 15/01/2023 à 17h54
Tel le scénario d’un film à sensations, les Dacquois ont renversé les Niçois au bout des arrêts de jeu (27-23), samedi 14 janvier, pour renforcer leur première place, avec désormais neuf points d’avance sur Valence-Romans
Les spectateurs, venus en nombre à Maurice-Boyau samedi soir, ont assisté à une de ces dramaturgies que seul le sport peut offrir. La fin de ce match entre l’US Dax et Nice a connu une fin épique, un parfait climax, comme on en voit qu’au cinéma. Pour cela, il en aura fallu des nœuds dramatiques à ce récit de reprise
Les Niçois, venus en embuscade et conscient d’un possible hold-up, ont abordé ce match avec les costumes et la stratégie nécessaire au casse de ce début d’année. Comme le confirme Sébastien Bruno, le coach niçois : « Sans douter des qualités des Dacquois, on avait ciblé ce match de reprise, toujours délicat à domicile. L’objectif était de les faire douter en les faisant déjouer. Nous y sommes parvenus pendant 85 minutes, mais notre indiscipline nous a handicapés tout le match. 

Reprise de bloc difficile à domicile
En effet, réduit à 14 puis à 13, les Azuréens ont dû redoubler d’effort pour suivre leur plan de bataille. Pour les Dacquois, même prévenus, cette reprise a été fidèle à leurs craintes. Comme le souligne le demi de mêlée Simon Garrouteigt. « Ces matchs de reprise de bloc à domicile sont toujours particuliers. Les Niçois ont parfaitement joué le coup et nous ont poussés dans nos retranchements. »
Un récit a besoin de rebondissements pour captiver son public et le récit de ce match en a offert beaucoup. L’adversaire d’abord, par son agressivité défensive et son efficacité dans les zones de combat, a révélé un visage fébrile de Dacquois, d’habitude si maîtres de leur sujet.
Comme le confirme Hervé Durquety, le coach des avants landais, la fébrilité a permis aux Niçois d’y croire. « Nous avons été bousculés et les Niçois ont parfaitement profité de nos erreurs. Nice a su parfaitement nous jouer. Ce match a été frustrant parce qu’on était prévenus. Les puristes n’ont pas dû se régaler, mais les personnes sensibles aux aventures collectives ont dû apprécier le cœur qu’on mit les mecs à renverser ce match. On a vraiment l’impression que, quelle que soit la situation, ce groupe apprend tous le temps, s’adapte à ses propres failles et ne lâche rien. »
« C’est le choix du groupe de tenter l’essai plutôt que le match nul et ça, c’est fondateur »
L’auteur de l’essai libérateur de la… 86e minute, le flanker Paul Ausset, savoure l’instant. « Cette période de coupure nous a fait du bien, mais les Niçois nous ont rappelé que rien n’était jamais acquis. Dans ce match compliqué, c’est la force du groupe qui a déjoué la fin fatale. C’est le choix du groupe de tenter l’essai plutôt que le match nul et ça, c’est fondateur. »

Soif de victoires et d’ambition
Simon Garrouteigt le confirme. « Au bout de ce match un peu fou, on n’a pas voulu se satisfaire d’un résultat nul. Cette équipe a soif de victoire et d’ambition. Même s’il faudra tirer les enseignements de l’ensemble du match, ces dernières minutes nous feront grandir, j’en suis sûr. »
Pour Hervé Durquety aussi, le climax des dernières minutes est peut-être annonciateur d’autres épisodes heureux. « Vous voyez, peut-être qu’au cours de ces quatre ou cinq dernières minutes, les joueurs ont consolidé un peu plus la force d’un groupe, qui leur permettra de vivre des trucs énormes. »
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: jako40, TCHOU40

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

28 Jan 2023 09:19 - 28 Jan 2023 09:23 #128103 par francis
Plus d'infos
Dans Sud-Ouest du jour




Rugby/US Dax : pour Maxime Delonca, « les années passent et parfois se ressemblent… »
   Par Laurent Travini
Publié le 27/01/2023 à 19h11
Après une dernière année faste à l’Aviron Bayonnais, et une montée en Top 14, l’expérimenté talonneur de l’US Dax vit pleinement cette saison enthousiasmante et se prépare à recevoir la solide équipe de Bourgoin, ce samedi 28 janvier (19 heures)
En rugby, comme dans la vie, les années passent et ne ressemblent pas toujours. En rugby comme dans la vie, l’imprévisibilité des situations nous fait vivre des moments difficiles ou certains, plus rares, de bonheurs passagers. En rugby, comme dans la vie, on peut aisément définir le malheur ou la difficulté. Il n’est pas toujours évident d’être conscient des bonnes choses ou de ce qui peut ressembler à un bonheur.

« Je peux avouer que je vis là la plus belle saison de ma carrière »
Maxime Delonca (34 ans), dans sa longue expérience de joueur, a eu l’occasion de vivre des saisons compliquées mais aussi certaines, plus réussies. La dernière en date est celle de l’an dernier avec l’Aviron Bayonnais. « J’ai vécu quatre années intenses à Bayonne avec l’apothéose de la remontée en Top 14 l’an dernier. Mais je peux avouer que je vis là la plus belle saison de ma carrière. »
« Le club revit cette saison »
Revenu dans un club qu’il connaît bien (il y avait déjà joué entre 2014 et 2018), le talonneur avait le projet d’apporter son expérience dans un nouveau projet. « Je suis attaché à ce club. J’avais envie de l’aider et de m’inscrire, pour mes dernières années, dans un processus de transmission, confie le catalan d’origine. Je n’imaginais quand même pas vivre un tel début de saison, avec une équipe plutôt jeune et le 10e budget de la poule. Je pense que le stage de début de saison a créé l’amorce de ce que nous vivons », précise le talonneur

En acteur plein de sagesse, Maxime Delonca est conscient du moment présent. « C’est un bonheur d’évoluer avec ce groupe. On a la chance d’avoir un staff à l’écoute et un groupe de joueurs ultra sain, humble et avec une réelle envie de bosser. J’essaye de communiquer le fait que ce n’est pas toujours le cas dans une carrière. Il faut être conscient de ce qu’on vit et profiter au maximum de cette alchimie. On vit une osmose entre joueurs, staff, dirigeants et bénévoles. On ressent aussi le plaisir des supporteurs, qui retrouvent l’envie de venir au stade. On peut dire que le club revit cette saison. »

Dax, une cible
Les deux premiers matchs de reprise confirment le nouveau statut de l’US Dax. Le talonneur sait bien ce que cela entraîne : « Dès la reprise, avec les anciens, on a insisté sur le fait que la deuxième partie de la saison serait plus délicate, car Dax est une cible maintenant. »
C’est Bourgoin, l’adversaire de ce samedi soir, qui va tenir les Dacquois en joue. « On a perdu chez eux au match aller (28-26) et c’est sûrement l’équipe la plus solide du championnat. On s’est préparé pour les affronter et continuer à faire ce que l’on sait faire. » En espérant que pour lui et les Dacquois, cette saison ressemble à celle qu’il a vécue l’an dernier avec l’accession de l’Aviron Bayonnai
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: bruno, dax19, Pascale, TCHOU40
Pièces jointes :
Dernière édition: 28 Jan 2023 09:23 par francis.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

28 Jan 2023 12:07 #128110 par kekito
  • kekito
  • Portrait de kekito
  • Hors Ligne
  • Membre platinium
  • Membre platinium
  • ROUGE & BLANC !!! WHAT ELSE ?
Plus d'infos
Ce mec pue la sincérité l’humilité et l’honnêteté sans parler de son engagement.
Il est abordable, sain, bref un exemple pour beaucoup.
Déjà avant il venait voir l’usd quand il le pouvait et souffrait comme les supporters et là il ne se ménage jamais, ne triche pas.
L’USD doit construire avec des mecs de sa trempe !
Merci Max

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

En direct du twitter officiel

Allezdax.com © 2023

Search